Actualités


Lycée 4.0 : d’abord un enjeu éducatif !

Les élus du groupe Socialiste, Républicain et Citoyen de la Région Grand Est saluent l’annonce du Président Jean Rottner concernant la mise en place de la gratuité des matériels informatiques mis à disposition des lycéens, dans le cadre de Lycée 4.0. Depuis deux ans, dans la continuité de ce qui avait été mis en place en Champagne-Ardenne et en Lorraine avec la gratuité des manuels scolaires, nous la demandions. C’est donc une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des familles. 

 

Pour autant, cette décision ne règle pas tous les problèmes rencontrés par les lycéens et les enseignants. Alors que la fin de l’année est maintenant proche, nous regrettons que le bilan promis des deux premières années de mise en œuvre n’ait toujours pas été réalisé.

 

Par ailleurs, de nombreuses autres questions restent en suspens :

 

- Si la gratuité du matériel informatique est motivée par le changement de programmes, qu’en est-il des élèves de première qui auront comme les élèves de secondes un nouveau programme à la rentrée 2019 ?

 

-  La formation et l’accompagnement des équipes pédagogiques sont fondamentales pour la réussite du passage au numérique. A quoi cela sert-il d’avoir un outil si son usage est limité à cause de dysfonctionnements techniques récurrents ou faute de formation suffisante et d’accompagnement aux nouveaux usages pédagogiques ?

 

- Que répondez-vous aux familles qui ont payé depuis deux ans ce matériel et qui ont     aujourd’hui le sentiment d’une injustice ?

 

 

Nous sommes attachés au développement, à l’adaptation du système éducatif aux défis du XXIème siècle et à la réussite des jeunes du Grand Est, c’est pourquoi nous demandons un renforcement des moyens matériels et humains et un véritable plan d’actions concertées avec les rectorats.

 

Sinon, les objectifs éducatifs recherchés ne seront atteints.

 

Voeu de la Commission Permanente de la Région Grand Est sur proposition de notre groupe

 

Les élus de la Commission Permanente de la Région Grand Est, réunis le 08 février 2019, ont souhaité émettre un vœu de soutien à la Clinique Saint-Luc de Schirmeck.

 

La Clinique Saint-Luc de Schirmeck, établissement hospitalier à but non lucratif, s'est vue notifier par l'Agence Régionale de Santé une baisse des ses dotations qui met en péril à court terme la pérennité du service d'oncologie et à moyenne échéance le bon fonctionnement de la polyclinique qui assure notamment les urgences pour les habitants de la Vallée de la Bruche mais aussi, au delà, dans le secteur de Molsheim ou vers les vallées vosgiennes. 

 

Alors que la restructuration hospitalière, mouvement national inscrit dans le projet "Ma Santé 2022", promut le principe de renforcement du rôle de proximité des certains établissements et met l'accent sur la nécessité de lutter contre les déserts médicaux, cette décision unilatérale de l'Agence Régionales de Santé est aujourd'hui incompréhensible pour les habitants de ce territoire et n'est pas justifiée par l'activité quotidienne de l'établissement. 

 

Par ses politiques, la Région Grand Est cherche à renforcer la médecine de proximité, notamment à travers son soutien à la création de Maisons de Santé pluridisciplinaire, par conséquent, les élus régionaux ne peuvent que déplorer la baisse de crédits pour un établissement situé en zone rurale de montagne, qui rend quotidiennement accessible un service public de santé à une population souvent fragilisée et souffrant d'éloignement par rapport aux grands centres urbains.

 

Aussi, les élus de la Commission Permanente du Grand Est adressent un vœu à l'Etat, et particulièrement à l'Agence Régionale de Santé, afin que cette baisse des crédits soit annulée et qu'une réelle concertation s'engage avec les élus locaux et les acteurs de santé concernés afin de définir une offre cohérente, répondant aux besoins et prenant en compte les réalités du territoire. 

 

 

0 commentaires

Soutien à la policlinique de Schirmeck

Intervention sur la clinique Saint-Luc à Schrimeck

 

Suite à la visite de Joëlle Barat et Pernelle Richardot

 

le jeudi 07 février 2019

 

 

Seul le prononcé fait foi

 

« Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

lors de la séance plénière du 22 janvier, nous vous demandions, de faire pression auprès de l’Agence Régionale de Santé afin de maintenir les services et établissements de proximité.

 

Aujourd’hui, nous sommes face à une situation concrète, dramatique pour un territoire rural, où l’accès au service public de santé est fortement menacé par une décision de l’Agence Régionale de Santé de diminuer de façon drastique le financement d’une clinique privée à but non lucratif.

 

Je veux parler, Monsieur le Président, de la clinique Saint Luc, située dans la commune de Schirmeck, dans la vallée de la Bruche.

 

Cet établissement offre un éventail important de services, dans un territoire enclavé, situé à un minimum de 40 minutes de Strasbourg.

 

Cette clinique possède, entre autres, un hôpital de jour d’oncologie, où sont dispensés, 2 jours par semaine, entre 6 à 10 cures de chimiothérapie sur chacun de ces 2 jours, soit 12 à 20 cures par semaine.

 

Ce service, indispensable, en terme de proximité, de qualité de prise en charge, est menacé, mais pas seulement. Le service d’urgence, l’antenne de SMUR (Service Mobile d'Urgence et de Réanimation) et du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours), avec l’intervention possible d’un infirmier ou infirmière Sapeur Pompiers, sont également menacés.

 

Vous savez mieux que moi, Monsieur le Président, combien la question du temps est primordiale dans la prise en charge d’urgences et conditionne le pronostic, je pense en particulier à la prise en charge des personnes atteintes d’Accident Vasculaire Cérébral ou d’Infarctus.

 

La mise en place, en 2015, de ces antennes, a considérablement amélioré la prise en charge des urgences, et fait diminuer de façon significative le taux de mortalité, et la morbidité.

 

La menace que l’Agence Régionale de Santé fait peser sur ce territoire, est incompréhensible, et incohérente au regard de la volonté affichée dans la Stratégie Nationale de Santé, et dans le Plan Régional de Santé, qui affirment que l’organisation de l’offre de soins, dans les territoires doit garantir à chaque citoyen à la fois qualité de prise en charge, accessibilité et efficience, doit également concilier proximité et accessibilité.

 

Supprimer ce centre d’oncologie veut dire obliger ces malades à des trajets fatigants, parfois aléatoires, dans des conditions difficiles en période hivernale, et ceci pour accéder à des services saturés. Quel bénéfice ?

 

Fermer ces urgences, ces antennes de SMUR et SDIS, c’est remettre en cause une prise en charge rapide, en moins de 30 minutes, comme préconisé par l’ARS elle-même, c’est creuser les inégalités, et augmenter la morbidité voir le taux de mortalité.

 

Monsieur Le Président, vous affirmez régulièrement votre souci de proximité, votre souci de gommer les inégalités territoriales, d’assurer un aménagement pertinent de tous nos territoires.

 

Il y là un vrai danger pour la population de cette vallée.

 

Cette clinique, certifiée « A » par la Haute Autorité de Santé doit pouvoir continuer à offrir des soins de qualité, en proximité.

 

Nous vous demandons, Monsieur le Président, de mettre votre influence au service de ce territoire, de sa population, et de peser auprès de l’Agence Régionale de Santé, auprès de Madame la Ministre afin que cette décision soit suspendue de façon définitive. »

 

En attendant, je vous invite toutes et tous à signer la pétition en ligne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réaction du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen sur l’adoption du projet de Collectivité Européenne d’Alsace par les Conseils départementaux du Bas-Rhin


Aujourd’hui, les Conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont adopté le projet de Collectivité Européenne d’Alsace.

 

Le Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen rappelle que s’il a toujours soutenu la fusion des deux collectivités (proposée par les parlementaires socialistes alsaciens), cette dernière ne pourra évoluer qu’au sein de la Région Grand Est et non constituer une première étape vers une collectivité à statut particulier.  Les socialistes réaffirment que contrairement à ce que veulent faire croire quelques élus de droite, l’Alsace n’a pas disparu et son destin est aujourd’hui indissociable de celui du Grand Est.

 

Reconnaître une collectivité Alsace à statut particulier c’est créer de fait une région à « deux vitesses » et mettre fin aux dynamiques des territoires.

 

Nous croyons à une région Grand Est forte de ses territoires, une région profondément européenne qui de par sa taille et sa puissance n’affaiblit aucun de ses dix territoires départementaux mais au contraire, se place dans la compétition européenne des régions.

 

A l’Alsace identitaire et repliée sur son territoire, nous préférons l’Alsace européenne et humaniste, pleinement ancrée dans le Grand Est. 

Lire la suite 0 commentaires

Notre proposition de gratuité du matériel informatique avance …


Lire la suite 0 commentaires

Motion : Prise de position sur le devenir de la ligne SNCF du TGV-Est (Metz-Paris)

Pernelle Richardot (67) a présenté notre Motion Prise de position sur le devenir de la ligne SNCF du TGV-Est (Metz-Paris).


Lire la suite 1 commentaires

Motion sur l’accès aux soins

Joelle Barat (08) a présenté notre Motion sur l’accès aux soins;

Lire la suite 0 commentaires

Budget Primitif 2019 - Explication de vote

Antoine Homé (68) est intervenu sur le vote concernant le Budget Primitif 2019.

Lire la suite 0 commentaires

Budget Primitif Communication et Ressources Humaines

Jean-Pierre Liouville (57) est intervenu au nom du Groupe pour le Budget Primitif 2019 Communication ainsi que celui relatif aux Ressources Humaines.

Lire la suite 0 commentaires

Un enjeu stratégique pour l’économie de demain

Brigitte Vaisse (57) est intervenue sur les Budgets Primitifs Innovation et Enseignement Supérieur et Recherche du Conseil Régional Grand Est.

Lire la suite 0 commentaires

Budget Primitif Sport

Julien Vaillant (54) est intervenu sur le Budget Primitif 2019 de la Région Grand Est relatif au Sport.

Lire la suite 0 commentaires

Le multilinguisme : atout précieux du Grand Est

Hélène Colin (88) est intervenu  sur le Budget Primitif 2019 relatif à la Culture, au nom du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen.  

Lire la suite 0 commentaires

Restons connectés

REcevez notre Lettre d'info'

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Fil d'info Twitter