Cantines scolaires : la Droite veut faire payer les familles !

Lors de la séance plénière du 21 octobre 2016, Linda Munster a défendu nos valeurs sur un dossier relatif aux élèves qui mangent dans les cantines scolaires. La Droite régionale entend ainsi faire porter le coût des denrées aux seules familles ! Les élus de Gauche ont demandé le retrait de cette expression dans le rapport concerné pour éviter toute ambiguité !

 

Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président,

Chers Collègues,

 

Il s’agit pour ce rapport de reconduire des pratiques et des financements des trois anciennes régions. Vous n’avez ici encore aucune vision prospective du Grand Est concernant les établissements scolaires à la charge de la région.

 

Je souhaiterais plus particulièrement intervenir sur le point 3-1 (page 10) où vous annoncez vouloir encourager la qualité, les circuits courts dans la restauration scolaire. Pour rappel, la Région Champagne-Ardenne a soutenu une offre de produits bio et a favorisé les circuits courts dans ses lycées.

 

Dans une société où la « mal bouffe » est dominante, je crois qu’il est du devoir des collectivités publiques de faire preuve d’exemplarité, l’alimentation étant indispensable dans le développement physique de notre jeunesse. Ainsi, combattre la « mal bouffe » en proposant des produits de meilleure qualité est une question d’éducation au goût mais surtout une question de santé publique.

 

Par ailleurs, le recours à des produits de qualité ne peut que favoriser les circuits courts et donc l’économie locale, réduisant l’empreinte carbone. C’est donc du gagnant/gagnant.

 

Vous indiquez dans ce rapport, je cite « Il vous est proposé de mettre l’accent sur la qualité des repas servis dans les restaurants, par des tarifs, laissant principalement le coût des denrées à la charge des familles. » La fin de cette phrase est injuste. Il est un devoir pour le Conseil Régional par son choix tarifaire d’être accessible aux plus grands nombre. Telle n’est pas votre proposition. Ce qui pourrait engendrer une impossibilité financière pour certains lycéens.

Monsieur le Président, sachez que d’autres collectivités telles que les communes de Maxéville (54), La Chapelle-Saint-Luc (10) ou encore le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle proposent des produits bio et locaux à tarifs constants.

 

Nous allons débattre prochainement sur tous les éléments de l’environnement de jeunes dans notre grande région. Carte lycéo, multipass, prix des repas.

Nous vous proposons aujourd’hui, au-delà de ce qui existait auparavant ou de nos désaccords finaux, d’élaborer ensemble un principe de base : aucune famille de notre région ne sera laissée sur le bord du chemin. Aucune famille n’aura à payer les prix du marché sur tout ce qui concourt à l’environnement immédiat de nos jeunes lycéens et apprentis (restauration, culture, sport, manuels scolaires).

 

En attendant, Monsieur le Président, je vous demande, au nom de mon groupe, de retirer les termes : « Laissant principalement le coût des denrées à la charge des familles. ».

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0