Equilibre des territoires : la Gauche inquiète quant à l'avenir des CPER

Lors de la séance plénière du 18 novembre 2016, Antoine Homé s'est exprimé sur les Contrats de Plan Etat-Région (CPER) au nom de notre groupe.

 

 

"Monsieur le Président, Cher collègues,

 

 

Tout à l’heure j’entendais votre introduction, Monsieur le Président, sur ce rapport et je ne partage pas du tout l’approche  que vous avez sur les contrats de plan. Vous avez dit que c’était juste une façon pour l’Etat de faire financer ses priorités, je crois que c’est très réducteur.

 

D’abord il faut rappeler que cet outil a été créé en 1982, par Michel Rocard, qui nous a récemment quitté et que précisément s’il y a des co-financements en même temps cela demeure un instrument qui permet également de contractualiser entre la Région et l’Etat notamment sur des sujets qui sont pour nous, du plus grand intérêt. Ce n’est pas parce que les compétences en matière de mobilité ou en matière d’université sont exercées par d’autres qu’on s’en désintéresse. Bien au contraire ce sont des sujets essentiels pour notre collectivité. Je crois que ces contrats de plan sont des outils essentiels au développement de notre territoire et d’investissement. Je vais le redire, il ne faut pas regarder les choses simplement par le petit bout de la lorgnette mais je ne doute pas que vous partagez aussi ce point de vue, Monsieur le Président.

 

 

Puisqu’on parle des contrats de plan, l’autre jour, j’étais à la commission des finances, présidée par mon ami Jean-Pierre Liouville et le vice-président Monsieur Seyberan s’est un petit peu plaint sur le fait qu’effectivement il y aurait pu avoir un abondement car nous étions 3 régions à fusionner, il y aurait pu avoir un bonus,  pourquoi pas ? Effectivement on peut se poser la question légitimement et en même temps, moi je pose également la question contraire.

 

 

En effet, aujourd’hui déjà on est confronté à des baisses de DGF, que nous subissons tous quelles que soient nos sensibilités politiques. Ce n’est pas facile qu’il s’agisse de la région, des départements et du bloc local. Alors, dire qu’il faut faire plus, alors qu’il y a une espèce de course à l’échalote dans les programmes des candidats de la droite pour la primaire, c’est étrange. J’espère évidement qu’ils ne seront pas élus mais enfin je cite les chiffres JF Copé -80/85 milliards de dépenses publiques, F Fillion, le recordman, enfin comme a dit Alain Jupé : pas très crédible, annonce moins 100 milliards, A Juppé moins 85 milliards, quelle modération, NKM moins 100 milliards, B Lemaire, un peu hors course, moins 80 à 90 milliards, JF Poisson , lui c’est encore mieux, interdiction d’un budget de l’état en déficit, et N Sarkozy, dont on en attendait pas moins, baisse de 100 milliards et cela dans un même temps les mêmes proposent une augmentation, sans doute légitime, des dépenses en matière de sécurité, pourquoi pas.

 

Je pose la question suivante : est-ce que les projets de la droite et il faut que la population le sache, c’est non seulement de s’en prendre à l’éducation nationale, on a bien compris que cela serait la 1ere victime mais également de continuer la baisse des dotations et aussi, j’en reviens à notre sujet, de mettre fin au contrat de plan ?

 

Parce que j’ai bien entendu ce qui a été dit, y compris par l’extrême droite, et moi je pense pour que notre territoire, il y aura normalement une revoyure l’an prochain, il est important que l’on continue les contrats de plan. Là c’est une petite revoyure, il est prévu une revoyure importante prochainement  et je pense que c’est un outil de contractualisation qui doit être maintenu. Sur le fond, il y a quelques projets emblématiques qui figurent là : il y a quand même la DUP pour le raccordement ferroviaire de l’Euroairport, il y a le lancement de la phase opérationnelle de l’électrification de la ligne Paris-Troyes, ou la A304 en Champagne-Ardenne, l’aménagement de la RN4  entre Gogney et Saint Georges en Lorraine.

 

Enfin, je termine sur un point qui à fait débat lors de la commission, on a parlé de fongibilité, on a regretté qu’il n’y ait pas de fongibilité, mais je pense que cela est prématuré. Je pense qu’il faut déjà peaufiner ce qui a été décidé, puis ensuite lorsqu’il y aura revoyure,  sauf à qu’on y mette fin, ce que je ne le souhaite évidemment pas. Là, on pourra discuter de fongibilité et ajuster les projets. Vous l’aurez compris et je conclus par cela, les contrats de plans sont un bon outil, j’espère qu’ils seront maintenus et j’espère que l’on sera tous solidaires pour les défendre, si jamais d’aucuns voulaien844t les mettre à mal  et je prends date.

 

Je vous remercie."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0