Formation professionnelle : beaucoup de questionnements sur le budget 2017

Joëlle Barat (08) s'est exprimée au nom de la Gauche pour défendre nos valeurs dans le cadre du budget régional 2017 dédié à la formation professionnelle.

 

Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président, cher.e.s collègues,

 

Sur le Budget primitif relatif à la Formation Professionnelle : vous commencez la présentation du budget Formation Professionnelle, en affirmant que celle-ci est une priorité pour notre région, nous ne pouvons que nous en réjouir, en rappelant que c’est une de nos principales compétences.

 

Le concept de formation est en mutation depuis quelques années. La formation tout au long de la vie est devenue une réalité. Les connaissances et les compétences sont devenues un élément vital du développement personnel et la principale source de création de richesse des pays développés. Nos sociétés sont passées en un demi-siècle d’économies industrielles aux économies des savoirs. D’ici 2020, la formation professionnelle représentera jusqu’à 10% du temps de travail des actifs, soit largement le double d’aujourd’hui.

 

Vous affirmez que cette politique passe par la concertation et la coordination. Avec les acteurs de la formation et de l’orientation. Très bien, mais comme nous le disions lors de la plénière du 30 mai dernier, cela nous paraît réducteur.

 

Quid des liens avec les collectivités territoriales, avec les Gestions Prévisionnelles des Emplois et des compétences, mises en œuvre sur les territoires. Vous allez mettre en place des RDV des compétences, mais avec quels acteurs, quel périmètre, quels liens avec les collectivités territoriales ?

Quels liens avec le service public de l’emploi ?

 

Vous affirmez que le CPRDFOP sera élaboré de manière à répondre aux enjeux économiques communs à tous les secteurs d’activité. Mais nulle part, nous ne voyons le lien avec les schémas régionaux en cours d’élaboration : Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internalisation (SRDEII), Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET).

 

Il nous semble également, que prendre la question de la formation professionnelle sous l’angle unique des besoins des entreprises revient à renforcer les inégalités déjà existantes, en excluant une partie des demandeurs et demandeuses d’emploi, les plus éloigné.e.s de l’emploi.

 

Cette fois encore, dans ce rapport, rien sur la question du handicap sur l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, rien sur les questions d’égalité.

 

Lors de la dernière permanente, nous regrettions l’absence de commission transversale au sein du CREFOP, où serait abordées et traitées les questions de handicap, d’illettrisme, d’égalité, etc.

Sans doute faudra-t-il se poser la question de la mise en œuvre d’un Agenda 22 sur notre région. Il nous semble qu’un travail avec les organismes de formation, sur la question de l’accessibilité universelle devrait être engagé. La Région devrait accompagnée de façon volontariste cette évolution vers une société inclusive.

Au risque de me répéter, je redis que ce qui n’est pas identifié est trop souvent oublié.

 

Nous ne voyons pas non plus au travers de ce rapport la place que vous donnerez à la formation des seniors.

Nous regrettons aussi l’absence de visibilité sur les missions qui seront confiés au SPRO.

Un élément fort de la formation professionnelle ne fait qu’une apparition timide dans ce rapport : c’est la place donnée à la VAE.

Nous regrettons également, l’absence de bilan des CPRDFP, qui pourrait aider à une prospective éclairée.

Au regard de ces incertitudes, de ces interrogations, nous nous abstiendrons sur ce rapport.

 

 

Budget primitif sur les Formations Sanitaires et Sociales

Une question fondamentale est mise en avant dans ce document, c’est la question de l’attractivité de ces métiers, et la valorisation du tutorat, nous ne pouvons que nous en réjouir.

 

Quelques inquiétudes cependant : en page 3, vous écrivez que l’optimisation de l’appareil de formation paramédical s’effectuera en étroite concertation avec l’ARS et les GHT.

Oui, mais attention au maillage territorial, je le répète, notre région est faite de territoires disparates, avec des zones vastes et peu denses, attention à l’accessibilité aux lieux de formations.

 

Les aides aux apprenantes et apprenants dans ce secteur sont essentielles. La région est compétente pour l’attribution de ces aides.

Nous savons que les règlements différaient sur les trois régions. Dans quel sens va aller ce nouveau règlement unique dont il est fait mention? Beaucoup d’inquiétude dans le milieu étudiant. Ces bourses seront elles attribuées à toutes et tous les apprenantes et apprenants, quelque soit leur statut, sur seul critère financier ?

 

Nous nous posons également la question des coûts de formation des élèves aides soignant.e.s et auxiliaires de puériculture : il nous paraît essentiel que cette formation de niveau V avec une insertion de plus de 90%, doit été accessible à toutes et tous, et que chacun doit prendre ses responsabilités pour que ces coûts ne soient pas à la charge des apprenant.e.s.

 

Nous nous abstiendrons sur ce budget. Je vous remercie."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0