Budget finances 2017 : pourquoi la Droite ne parle plus du poids de la dette ?

Jacques Meyer (51) s'est exprimé sur le budget Finances du Conseil Régional du Grand Est pour 2017.

 

Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président, Mes cher(e)s Collègues,

 

Dans le document des OB, à la page 37 du document (et 40 sur les tablettes) il est écrit: "En matière d'investissement l'indicateur significatif (c'est moi qui souligne) suivi par la Région restera l'endettement annuel net (EAN), soit le supplément d'endettement au 31/12, après remboursement du capital. L'objectif souhaitable sera de contenir cet endettement annuel chaque année entre 50 et 90 M€."

 

J'ai tellement été surpris que j'ai regardé ce qui avait été écrit dans le document du budget primitif 2016.

 

Et là, il est bien écrit, page 40 du document (43 sur les tablettes), que "trois indicateurs ont été retenus pour apprécier la bonne santé financière de la Région à moyen terme" : l'épargne brute, la capacité de désendettement et, apparaissant seulement en 3ème indicateur significatif, l'endettement annuel net.

 

J’ai demandé en commission des finances à disposer de la capacité de désendettement et le vice-président m’avait dit qu’il figurerait dans le document budgétaire.

 

Sauf erreur de ma part, cette donnée ne figure toujours dans le document budgétaire 2017.

 

Pourquoi ce tour de passe-passe et pourquoi, même en séance, refuse-t-on de donner la capacité de désendettement ?

 

La raison en est tout simple : la droite (au moins en Champagne-Ardenne et en Lorraine) nous attaquait sur le poids de la dette et a toujours dit qu’elle se ferait fort de la diminuer une fois au pouvoir. Or aujourd'hui on constate que l'objectif n'est plus de diminuer l'endettement mais tout au plus de limiter son accroissement, ce que mesure justement l'EAN. Ainsi l'exécutif peut se féliciter de ne pas augmenter la valeur de l'EAN ... mais la dette, elle, va continuer à augmenter....

 

Belle manière d'enjoliver la réalité.

 

Mais la réalité est là:

- l’objectif du taux d'épargne brut est fixé à 18% soit, au mieux si l’objectif est atteint de revenir à ce qu’il était en 2015, qui déjà était moins bon qu'en 2013 et 2014,

-l'accroissement de la dette, elle, sera de 100 M€ en deux ans (prévisions budget 2016 et prévisions OB 2017)

 

PS pour ceux qui ont fait un peu de Maths: au lieu d'avoir une fonction (l'endettement) constante, on se contente d'avoir sa dérivée seconde nulle."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0