Jacques Meyer : Réponse au rapport de la CRC Champagne-Ardenne

Jacques Meyer (51) s'est exprimé sur le rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la Région Champagne-Ardenne.

 

Le prononcé fait foi

 

" Monsieur le Président,

 

J’ai pris connaissance avec le plus grand soin du rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes du Grand Est.

 

En effet moi  je respecte les juridictions de l’État. Je ne suis pas de ceux qui, ayant été autrefois aux commandes  de l’État ou aspirent à y être, mettent en cause la justice ou les fonctionnaires chaque fois qu’ils se sentent en difficulté.

 

Donc  j’entends toutes les remarques, y compris les plus critiques. Certains, ici, dans notre assemblée,  les ont reprises, amplifiées, mis en exergue. C’est le jeu politicien classique. Mais Ils auraient pu être plus modérés et modestes car je leur rappelle :

1°) qu’ils ont voté naguère la quasi-totalité des rapports de CP, y compris ceux que critique  la Chambre des Comptes ;

2°) que les critiques portent sur un nombre réduit de points et un nombre très minoritaire de délibérations votées par le CR en 5 ans ;

3°) que de nombreuses actions critiquées  se sont réalisées en accord, en cofinancement  voir à la demande d’autres collectivités,  bien représentées dans cet hémicyclique ;

4°) que la Chambre fait in fine 4 rappels de droit et 3 recommandations. Rien de bien exceptionnel ; aucune irrégularité constatée, aucune demande de remboursement, aucune instance judiciaire saisie.

 

En ce qui concerne les interventions économiques, je comprends les remarques qu’il faut d’avantage contrôler l’utilisation des fonds publics mais nous sommes fiers d’avoir pu créer des emplois, ou tout simplement,  sauver des emplois comme le pointe le rapport. Nous sommes fiers d’avoir pu consacrer près de 40 M€ par an pour soutenir l’économie régionale.  Le rapport fait de nombreuses remarques sur l’efficacité des dispositifs mis en place, mais il faut rappeler que les années 2010-2012 ont vu  le tissu économique subir de plein fouet la crise de 2008-2009.

 

En ce qui concerne la gestion des ressources humaines, j’entends que la masse salariale a augmenté de 7,3% sans augmentation des effectifs et qu’elle est principalement due au coût des promotions. Mais nous sommes fiers d’avoir poursuivi une politique de promotions de grade et d’échelon. Nous revendiquons la politique sociale que nous avons menée. En n’oubliant pas l’action sociale de 900 € par agent et par an.

 

En ce qui concerne les organismes subventionnés, dont la Chambre a examiné les modalités de contrôle et de pilotage par la Région, le document a été l’occasion de rappeler le soutien essentiel de notre région au tissu social, économique, culturel et sportif de notre région. Plus de 26  M€ pour la seule année 2013 pour 61 associations auxquelles l’apport de la région 75 000€ ou 50 % de budget. Et l’on ne peut que souhaiter que la nouvelle région Grand Est, fasse autant pour la vie sociale de nos concitoyens que nous, nous l’avons fait.

 

En ce qui concerne les finances, la Chambre n’a formulé que des remarques très techniques, ce qui montre  a contrario la bonne et honnête gestion de la Région, la sincérité des prévisions budgétaires. Je constate avec plaisir que la Chambre a bien analysé les difficultés fortes de la Région (diminution des marges de manœuvre et dépenses structurelles liées à la spécificité de la région).

 

Bien entendu je pourrais réponde à chacun des points aujourd’hui soulevés mais le temps imparti ne me le permet évidemment  pas. J’observe d’ailleurs qu’aujourd’hui  l’accusation a eu 24 pour  s’exprimer et  la défense 7 minutes ? Cherchez l’erreur ! Est-ce équitable ?

 

Merci de votre attention"

Écrire commentaire

Commentaires: 0