Emmanuel Recht : Faire de l’apprentissage une filière d’excellence

Emmanuel Recht s'est exprimé sur le Prix régional du maître d'apprentissage

Le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président, mes chers collègues

 

Vous avez décidé de faire du développement de l’apprentissage un des axes forts de la politique de formation de la Région Grand Est, continuant en cela les objectifs menés par les trois anciennes régions. Et nous ne pouvons que nous en féliciter.

 

À cet égard, l'objet du rapport qui nous intéresse aujourd'hui est d’instituer un Prix régional du maître d’apprentissage récompensant les employeurs exerçant directement cette fonction, notamment sur la base de leur engagement en faveur des apprentis, de leur souci d’élévation du niveau de qualification ou de la complémentarité des formations.

 

Nous voterons bien évidemment pour.

 

Or, s'agissant de manière générale de votre approche de l'apprentissage et plus particulièrement de vos mesures instituant les développeurs de l'apprentissage et votre soutien aux employeurs, qui sont a priori de bonnes mesures, tout de même, une ou deux observations.

 

D'abord, de telles initiatives ne devraient-elle pas être couplées avec des mesures d’accompagnement des apprentis pendant leur contrat afin d’éviter les ruptures ? Car avoir l’objectif d’augmenter le nombre de contrats d’apprentissage, c’est bien, mais se donner les moyens de mener les jeunes au bout du cursus, et donc vers le diplôme et l’emploi, c’est mieux. Car dans certaines filières c’est jusqu’à 50 % de ruptures de contrat que l’on peut observer…

 

Ainsi, concrètement, au-delà des dispositifs nationaux, ne serait-il pas judicieux de mettre en place une politique volontariste de sécurisation des parcours en accompagnant les jeunes aussi bien pédagogiquement, socialement, que financièrement ? L’approche de l’apprentissage par l’unique clef d’entrée des employeurs et de l’augmentation des contrats n'étant efficace que pour une politique du chiffre à court terme.

 

Vous voulez faire de l’apprentissage une filière d’excellence. Nous aussi. Mais cela demande un plan de développement, qui mobilise tous les leviers, qui soutienne non seulement les employeurs (parce que c'est utile et qu'on sait que c'est difficile), mais qui s'accompagne aussi d'une politique de prévention des ruptures de contrat, toute aussi utile à l'apprenti qu'à l'employeur.

 

Monsieur le Président, mes cher-e-s collègues, je vous remercie "

Écrire commentaire

Commentaires: 0