Jacques Meyer : Le Compte Administratif 2016

Jacques Meyer (51) s'est exprimé sur le Compte Administratif 2016

 

Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,


Un compte administratif s’évalue d’une part par rapport aux priorités et orientations décidées lors de l’élaboration du budget primitif, a-t-on, ou non, réalisé ou partiellement réalisé les objectifs, et d’autre part vis-à-vis de la bonne gestion de l’institution.


I) par rapport aux choix et priorités


La mise en œuvre du budget de l’exercice 2016 se caractérise par un taux global d’exécution des dépenses hors dette (sections de fonctionnement et d’investissement confondues) qui s’élève à 91,6 %. C’est un taux satisfaisant, mais sans être excellent. D’autres collectivités, y compris des conseils régionaux font nettement mieux.  Exemples : 94,24% en 2014, et 92,58% en 2013, pour la Champagne-Ardenne.


On constate que le taux d’exécution des dépenses d’intervention est légèrement plus faible : 91 %. Et d’ailleurs que ce taux cache de très fortes disparités. Ainsi, s’il est excellent dans le domaine des transports (98,8 %), ce qui s’explique aisément, il est inquiétant en ce qui concerne les fonds européens (43, 9 %), inquiétant car nous risquons « gros », à savoir, comme chacun le sait, le dégagement d’office.


Et ce taux d’exécution est très faible en ce qui concerne l’aménagement des territoires (74,4%) et l’action économique (76,4 %).


Soyons clairs : ces taux sont insatisfaisants car c’est lorsque des territoires sont en difficulté qu’il faut leur venir en aide. Les 25 M€ inutilisés en aménagement des territoires auraient certainement été fort appréciés par nos collectivités de notre région. Et c’est lorsque notre économie va mal qu’elle a besoin de soutiens financiers, de volonté politique claire et ambitieuse, qu’il faut redoubler d’efforts et d’inventivité. Et les 38 M€ d’interventions économiques non utilisés auraient été fort utiles pour nos entreprises.


Pourquoi ne pas avoir utilisé tous les fonds disponibles ? Pourquoi cette prudence, voir cette frilosité, qui s’est même parfois exprimé en méfiance ou en dédain vis-à-vis des dispositifs existant en Champagne -Ardenne ou en Lorraine ?
 
II) Par rapport aux grands équilibres


S’il faut reconnaitre que l’on s’approche de l’objectif d’un taux d’épargne brut de 20% puisque l’on est arrivé à un taux de 18,6% et en progression par rapport à l’année précédente, s’il faut également se réjouir de la stabilité de la capacité de désendettement, il faut néanmoins observer que :


Malgré une hausse de l’endettement de près de 50 M€, les comptes ont fini dans le « rouge ».


En effet le solde des comptes est négatif de 25 M€ et, si on avait voulu conserver l’équilibre entre dépenses et recettes, comme indiqué dans le budget primitif, il aurait fallu emprunter non pas 50 M, mais 50 + 25, à savoir 75 M€.


Ce déficit non prévu appelle à la modestie et éclaire ironiquement les propos du rapport de la présentation de la Décision Modificative le 21 octobre dernier, lorsque l’exécutif estimait démontrer « la précision des inscriptions budgétaires faites au moment du Budget Primitif 2016 ».
Merci de votre attention."

Écrire commentaire

Commentaires: 0