Julien Vaillant : Les Nouveaux dispositifs pour le développement économique

Julien Vaillant (54) est intervenu sur les nouveaux dispositifs pour le développement économique

 

« Monsieur le Président, Mes cher-e-s collègues,


Nous évoquions ce matin le contexte politique particulier dans lequel s’inscrit notre action. Mais le contexte économique est encore plus complexe, notamment pour l’action régionale, c’est-à-dire là où l’initiative privée croise l’action de la puissance publique.
 
Ce contexte, quel est-il ? 

-    Une intensification des concurrences entre entreprises, bien sûr, mais également entre territoires, entre régions même,

-    une modification du lien fiscal entre les entreprises et les territoires,

-    une crise de nos finances publiques,

-    une dégradation constante de notre autonomie fiscale,

-    des moyens propres consacrés au développement économique qu’il convient de relativiser puisqu’ils représentent 5 à 6% de notre budget.

Je tiens à rappeler également que nous avons voté en faveur du SRDEII et de ses objectifs.

Pour nous, il doit devenir un récit commun permettant d’affirmer le double ADN de notre région sur les filières de l’industrie et de la Bio-économie mais aussi notre volonté forte d’une meilleure coordination des acteurs et des moyens.

A ce titre, nous avons donc croisé les dispositifs aujourd’hui proposés avec les 6 défis affichés par le SRDEII. Cela nous permet de constater une cohérence sur un certain nombre de propositions mais aussi des interrogations et, bien sûr, quelques faiblesses.

Effectivement, les dispositifs que vous proposez sont pertinents pour conforter nos filières clés, allant d’un appui au diagnostic de performance industrielle à l’accompagnement de la spécialisation intelligente. L’initiative ciblée sur l’aide à l’artisanat et au commerce est à saluer, car c’est un champ difficile à investir pour une collectivité de la taille de la nôtre. Nous allons également enfin disposer de réponses concrètes en matière de trésorerie, notamment par des aides en fond propre où des sujets plus spécifiques comme la reprise à la barre ou l’accélération des Start-up.

En revanche, nous avons de fortes interrogations sur des sujets clés.
Vous annonciez vouloir réorganiser  l’intervention publique auprès des entreprises par la mise en réseau des développeurs où la contractualisation avec les territoires au travers des POCE (Pacte Offensif Croissance Emploi). Mais ces dispositifs ne sont pas adossés à de réels moyens. Vous n’êtes pas convaincus de la nécessité d’une animation collective.

Nous sommes également surpris de la faiblesse de votre ambition à l’international. Une vraie faiblesse pour ce qui est paradoxalement l’identité de la Région Grand Est. On parle souvent de « transfrontalier » mais le seul dispositif proposé est une aide modeste pour l’organisation de salons. Je pense que c’est un peu court pour accompagner nos entreprises à l’export.

Un autre sujet nous laisse dubitatif, celui de la gouvernance de notre action économique. C’est l’enjeu majeur pour nous. Or, vous n’avez réuni qu’une seul fois le bureau qui pilote le SRDEII. C’est un regret. Cette carence en matière de gouvernance à l’interne illustre parfaitement les interrogations que nous avons sur les pactes offensifs croissance-emploi et votre manque de volonté réelle.
 
Je crois qu’il faut une information, une animation et une ingénierie auprès des différentes collectivités de nos territoires. Nous comptons 248 EPCI au-delà des métropoles et sans cet accompagnement, il y aura un accès inégal à nos dispositifs sur les territoires. A terme, cela va accroitre les inégalités entre des territoires d’excellence d’un côté et de l’autre, de larges espaces en décrochage.

Je souhaite enfin évoquer rapidement deux autres sujets importants.

-    1) C’est celui de l’économie sociale et solidaire. On ne peut pas dire en permanence que l’ESS est une priorité et qu’elle est transversale à notre action. Au final ce qui est censé être l’évidence pour tous risque de devenir la préoccupation de personne.
Nous pensons qu’il faut lui donner davantage de visibilité. Il faut la faire exister en tant que telle. Votre approche comporte de vrais risques, soulignés par les acteurs de l’ESS eux-mêmes. Il faut les écouter. La question des Appels à Manifestation d’Intérêt par exemple. Imposer totalement notre vision serait contre-productif. L’ESS est riche de ses spécificités et de sa capacité d’innovation. Il ne s’agit pas uniquement de répondre à des commandes de la région mais bien de savoir comment la région peut répondre à des besoins particuliers, hors cadre. Vos propositions concernant les DLA (Dispositif Local d’Accompagnement) en sont un autre exemple, il ne faut pas substituer à la culture des têtes de réseaux celle, parfois plus discutable d’intervenants extérieurs.

-    2) Enfin, je terminerai par le déficit de votre action concernant l’articulation du SRDEII aux autres schémas. Je sais que ce n’est pas simple mais il faut à tout prix que nous puissions saisir notre comité de pilotage du SRDEII pour enrichir notre réflexion du travail fait sur le SRADDET et sur le CPRDFOP.

Si derrière la politique économique nous posons la question de l’emploi, alors nous ne pourrons pas faire sans la formation professionnelle et sans l’aménagement du territoire. C’est une évidence.

Sur ces dispositifs nous nous abstiendrons donc. Pour reprendre vos mots, Monsieur le président, « c’est un recul nécessaire et une volonté d’avoir des garanties pour le futur ».

Je vous remercie."

Écrire commentaire

Commentaires: 0