Décision Modificative 2 : la concrétisation des insuffisances des politiques de la majorité

Antoine Homé (68) s'est exprimé sur la Décision Modificative n°2.

Suite à un problème technique rencontré lors de l'enregistrement de la Séance Plénière,

il n'est pas possible de revoir l'intervention d'Antoine Homé.

Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président, chers collègues,

Certes cette Décision Modificative 2 représente un faible volume, puisque l’on parle d’1.7% du budget, mais contrairement à ce que je viens d’entendre il ne faut pas s’arrêter à une analyse comptable et financière, mais tirer un bilan des politiques publiques menées.

D’ailleurs, nous ne sommes pas dupes, le CESER est assez sévère dans son analyse. On voit bien que l’objectif de cette Décision Modificative 2 est de vous permettre d’afficher des meilleurs taux de réalisation d’exécution budgétaire et de réduire légèrement le stock d’endettement.

En réalité les annulations de crédit qu’elle contient, montrent que sur un certain nombre de politiques publiques que vous menez, il y a des choses qui ne vont pas.

De nombreux acteurs sont en difficultés, dans le domaine de l’économie, de la vie associative, culturelle et sportive. Séance après séance, nous en parlons, nous intervenons nous en sommes presque redondants, nous vous alertons, Monsieur le Président, sur les critères trop restrictifs de vos dispositifs, qui à notre avis peuvent aussi conduire à la non consommation des crédits.

Aujourd’hui ce n’est pas seulement une intuition de notre groupe, les faits sont là. En revanche on peut se fonder sur les chiffres pour en tirer des conclusions sur l’exécution des dispositifs et des politiques publiques.

D’ailleurs encore mercredi, j’en cite un exemple, nous pouvions lire dans la presse régionale les problèmes que génère votre politique de soutien envers les clubs sportifs.

Très rapidement, sur les crédits européens, nous avons quand même une inquiétude. On peut nous dire que c’est compliqué, je veux bien. Mais il n’en demeure pas moins qu’il faut être très attentif, et nous ne le sommes pas suffisamment dans la gestion de ces fonds pour éviter de perdre les sommes en question. Ce qu’on appelle en langage technique le dégagement d’office. Je vous demande, Monsieur le Président d’être extrêmement vigilant sur ce point.

Je crois, et je vais conclure car il me reste peu de temps, que dans les domaines agriculture, vie associative, aménagement du territoire, développement économique. Cette Décision Modificative 2, nous permet de voir qu’il faut des améliorations et des compléments qui doivent être définis sur les différentes politiques publiques.

Nous regarderons cela dans le cadre du prochain budget, c’est bientôt. Nous verrons bien si vous en tirez ou pas les enseignements pour moduler et faire évoluer les dispositifs.

A ce stade et en cohérence avec notre vote sur le budget 2017 et suite aux remarques que je viens de formuler, notre groupe votera contre cette Décision Modificative 2.

Je vous remercie."

Écrire commentaire

Commentaires: 0