Le sport pour toutes et tous

Julien Vaillant (54) s'est exprimé sur le Budget 2018 - Sport.


Intervention de Julien Vaillant


Le prononcé fait foi

" Monsieur le Président,

 

Cher-e-s collègues,

 

« Dans le sport, nous devons choisir entre deux conceptions :

 

            La première se résume dans le sport spectacle et la pratique restreinte à un nombre relativement petit de privilégiés,

 

-          Selon la seconde conception, tout en ne négligeant pas le côté spectacle et création de champion, c’est du côté des grandes masses qu’il faut porter le plus grand effort. »

 

Cette phrase-là n’est pas de moi, elle est de Léo Lagrange en 1936.

 

On voit bien, qu’en la matière, les problématiques restent les mêmes et que la politique que vous venez d’exposer essaye de tenir les deux bouts de cette même chaine avec un triptyque :

 

1.       haut niveau,

2.       proximité,

3.       lieux de pratique.

 

Si j’ai bien compris votre message d’hier, Monsieur Rottner, votre budget est un budget de consolidation et donc à ce titre, on voit que cette consolidation tend à aller vers une certaine inclinaison, plutôt vers le haut niveau avec près de 56% du budget.

 

Nous avons là, un fil conducteur qui se perd en partie, celui de la proximité. Je vous rappelle mes chers collègues, en arrière-plan, vos choix en matière de vie associative et d’aide à l’emploi. C’était aussi un recours pour cette pratique sportive de masse.

 

Crainte pour la proximité, au travers de plusieurs choses :

 

·         La question des moyens financiers. Bien sûr, présider c’est faire des choix, mais je pense et j’espère que, comme en 2017, et l’on aura un budget modificatif qui viendra encore abonder. Car on sait que les besoins sont nombreux, nous avons déjà été débordés, en 2017, par les sollicitations, notamment sur le besoin des ligues dans le cadre de la nouvelle Région.

 

·         Le budget des manifestations, d’à peu près 1.3M€ dans le budget qui vient d’être présenté. Pour vous donner un ordre de grandeur, c’est ce qui existait avant en Lorraine. Alors, j’entends qu’on ne puisse pas continuer à faire tout ce qui existait, malgré tout, ces manifestations existent !

 

·         Un autre sujet de discussion est esquissé et qui risque à terme d’être une double peine, c’est l’éventuelle baisse des subventions pour des manifestations qui seraient récurrentes. Or on sait bien que le modèle économique sportif est aussi fragile, notamment sur la question du bénévolat. Prenez par exemple le Marathon de Metz, on voit bien que sans bénévoles c’est compliqué de tenir cette manifestation et que bien évidemment ce n’est pas dans l’esprit du sport de rendre l’accès payant. Cela serait une aberration.

 

·         Un autre sujet d’inquiétude : la notion de club d’intérêt territorial. Je comprends bien la démarche, cette idée finalement de ne pas être « excluant » et de rajouter un nouveau filtre.  Mais je crois qu’il y a un risque de rupture d’égalité sur des critères qui pourraient être plus subjectifs et donc nous demandons une évaluation particulière de ce qui pourra être fait en la matière.

 

Je finis avec un autre sujet qui va nous occuper, un sujet de philosophie politique, Monsieur le Président.   Vos équipes sont très actives et notamment Monsieur Omeyer au ministère des sports sur le cadre législatif qui va encadrer le sport de demain et particulièrement la question du mécénat. La question du mécénat est liée à une question de défiscalisation avant tout.


Je citerai encore Léo Lagrange sur cette question : « Lorsqu’on accepte qu’un geste humain qui, par nature, doit être désintéressé, devienne la source de  profits importants, la juste mesure est très difficile à déterminer ».

 

C’est un vrai sujet qui nous occupera parce que le sport ne peut pas être qu’affaire d’argent et de sponsoring. A terme, c’est un enjeu de moralité. Et je regrette que le slogan de notre politique sportive soit attractivité, excellence, identité. Je pense qu’il manque la notion de cohésion sociale, de vivre ensemble, qui est souhaitable.

 

Nous nous abstiendrons, Je vous remercie."

Écrire commentaire

Commentaires: 0