Lycées 4.0 : un déni assez désespérant

Bertrand Masson (54) est intervenu sur le Budget Primitif 2018 - Lycées et Apprentissage.


Intervention de Bertrand Masson


Seul le prononcé fait foi

 

"Monsieur le Président,

 

L'an passé, pour éviter d'apporter une réponse, à l'échelle de notre nouvelle région, à la gratuité des manuels scolaires, mise en place en Lorraine et en Champagne-Ardenne, vous avez lancé dans la précipitation et sans concertation le dispositif Lycée 4.0

 

Dès cette annonce, nous vous avions fait part de nos inquiétudes, non pas, soyons clairs, sur la finalité du projet, mais sur :

 

  • la mise à niveau technique des établissements, impossible à réaliser en quelques semaines,
  • le reste à charge d'acquisition des ordinateurs, trop important pour la famille,
  • l'absence de formation des enseignants pour franchir un vrai palier pédagogique.

 

Je ne le dis pas avec plaisir mais malheureusement les faits nous donnent entièrement raison, sur l'ensemble des points que je viens d'évoquer et les ajustements budgétaires que vous avez dû exercer en cours de mandat le prouvent.

 

Vous avez fait des lycéens des cobayes de votre politique et c'est inacceptable !

 

Et ne parlez pas d'expérimentation puisque vous avez d'ores et déjà décidé d'étendre à 100 nouveaux établissements ce dispositif sans avoir conduit la moindre évaluation auprès de ceux qui le subissent depuis septembre.

 

Et ne dites pas le contraire. Aujourd'hui, toutes les organisations syndicales représentatives des chefs d'établissements et des enseignants, toutes les fédérations de parents d'élèves vous disent que cela ne marche pas !

 

SNPDEN : "les difficultés de mise en œuvre ont été sous-estimées"

FSU : "c'est catastrophique, contre-productif"

FCPE et PEEP exigent "un moratoire"

 

Vous êtes aujourd'hui dans un déni assez désespérant.

 

Encore faudrait-il, c'est vrai, que vous acceptiez le dialogue ! Or, lors des trois derniers C.A.E.N, à Strasbourg, Nancy et Châlons-en-Champagne, les élus régionaux de la majorité ont brillé par leur absence, provoquant hier même à Nancy le départ des représentants des sept organisations syndicales présentes, avant même l'examen de l'ordre du jour, dénonçant "l'absence d'un dialogue réel et constructif".

 

Il semblerait que la grande messe annuelle que vous avez organisée à Metz ne les satisfît point.

 

Je le dis gravement, nous ne parlons pas ici de la construction d'un rond-point ou de la rénovation d'un bourg-centre, nous parlons d'éducation, de nos lycéens et de leur réussite. 

 

Je veux d'ailleurs ici saluer les enseignants qui, depuis quatre mois, déploient une grande énergie pour palier à vos insuffisances parce qu'ils ont le souci de la réussite de leurs élèves. 

 

Alors, nous vous en conjurons, ouvrez les yeux, entendez les voix de ceux qui vous alertent, mettez de côté un orgueil malvenu, décidez un moratoire sans tarder !

 

Sans cela, vous l'aurez compris, nous voterons contre ce budget qui persiste dans l'erreur.

 

Je vous remercie."

Écrire commentaire

Commentaires: 0