Notre contribution sur le budget des relations internationales et Transfrontalières

Jacques Meyer (51) s'est exprimé sur le Budget Primitif 2018 - Relations internationales et Transfrontalières.

 


Intervention de Jacques Meyer


Seul le prononcé fait foi

 

" Monsieur le Président, Chers collègues, quelques remarques concernant le budget 2018.

 

D’abord La coopération transfrontalière.

 

Considérant que la région  Grand Est est la première région transfrontalière de France, il est logique que la coopération transfrontalière fasse l’objet d’une attention particulière. Dans cette optique le CESER a publié  une  très intéressante « Contribution du CESER Grand Est à la réduction des obstacles transfrontaliers », à laquelle l’exécutif pourrait utilement se référer. Pour ma part  je reprends  leur conclusion : L’exécutif doit donc viser la cohérence dans la coopération transfrontalière et donner plus de force à cette dernière. Notre Région doit devenir novatrice et ouverte sur cette question.

 

Concernant la coopération internationale décentralisée.

 

On nous avait promis un débat pour 2017  en commission, où l’exécutif présenterait sa stratégie. Espérons que ce débat arrivera bien en 2018 car cette coopération est essentielle et elle ne doit pas se réduire exclusivement à des accords avec des régions qui offrent des potentialités économiques mais elle doit exprimer clairement  que les « valeurs de solidarité internationale » existent toujours dans le Grand Est.

 

Concernant les affaires européennes

 

Le regroupement des antennes des anciennes régions à Bruxelles est une très bonne chose et nous espérons que cette action portera rapidement ses fruits, car en ce domaine nous avons une marge de progression très forte, pour peu que l’on ne se montre pas trop frileux.

 

Enfin concernant la gestion des fonds européens

 

 

 

Les montants indiqués dans le budget ne sont sans doute pas les bonnes références si l’on se rappelle qu’à l’occasion de la DM2, il y a un mois, vous avez fortement revu à la baisse les prévisions 2017, pour plus de 30 M€. A cette occasion le spectre d’un dégagement d’office avait été avancé. Sans aller  jusqu‘à cette vision pessimiste, rappelons que la mobilisation et l'utilisation maximale des fonds européens ont un fort impact et sont un puissant levier économique pour le développement de notre territoire régional. Cela mérite une politique volontariste de la part de l’exécutif.

 

 

 

Le CESER a proposé que la Région communique largement sur les projets financés par les fonds européens, et valorise les réussites auprès de nos concitoyens ; Que la région incite les porteurs de projets potentiels à concourir. Le conseil régional ne devrait pas  être frileux en ce domaine et ne devrait pas  hésiter à accompagner, à soutenir, y compris financièrement, les porteurs de projets : « donner le coup de pouce » qui parfois permet de boucler le montage et éviter ainsi une trop grande  perte de temps.

 

Enfin je ne peux terminer mon intervention sans une fois de plus dénoncer, comme beaucoup d’autres conseillers et collègues l’ont fait avant moi,  le scandale concernant les retards de paiement, à nos agriculteurs, sur les fonds FEADER…Je rappelle que ce sont les Régions depuis 2013 qui sont autorité de gestion de ces fonds…l’excuse gouvernementale ne tient plus depuis longtemps…d’autant que ces retards de paiement viennent s’ajouter à un « Plan d’Urgence Agricole » qui n’est pas respecté.

 

 

En conclusion nous soutiendrons votre action, monsieur le Président, si elle se montre plus active et ambitieuse.

 

Je vous remercie."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0