Rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures : des annonces inacceptables

 Le groupe Socialiste dénonce les annonces faites dans le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures.

Nous ne pouvons pas avoir simplement une vision comptable des infrastructures de transport.

C’est une réflexion autour de l’aménagement et du développement des territoires qui doit guider nos choix. Nous devons avoir une vision globale du territoire national.
 
Plusieurs décisions sont inacceptables :

    - Le report à 2037 de l’électrification de la ligne 4 sur la portion entre Nogent-sur-Seine et Troyes.
    -   La non-priorité et l’absence de financement avant 2038 de la seconde phase du TGV Rhin-Rhône.
   -  L’absence de financement sur la desserte ferroviaire de l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse.

Concernant l’A31Bis, si nous pouvons saluer la priorisation de ce projet, son financement reste source d’inquiétude, car le rapport annonce une concession et donc un péage sur la portion Thionville-Luxembourg, ce qui poserait un problème d’égalité de traitement des usagers de l’A31.

Le Groupe Socialiste condamne les orientations de ce rapport qui nient les enjeux de notre région, qui est au cœur de l’Europe. D’ailleurs, la ligne grande vitesse Rhin-Rhône est inscrite dans le programme européen des corridors portés par la commission européenne.

Il serait inacceptable que le Gouvernement, qui prône au niveau européen une relance économique par les grandes infrastructures, fasse le contraire sur le territoire national, notamment en abandonnant, par absence de financement, la branche Est de la L.G.V.

Le Gouvernement ne peut pas mépriser les territoires et revenir sur la parole donnée. Nous n’accepterons pas un centralisme forcé, qui nous éloignerait des préoccupations des territoires.

Ce rapport indique également qu’ « Une refonte des CPER autour des priorités identifiées paraît nécessaire ». Alors que la revoyure des CPER doit intervenir cette année, cette phrase nous inquiète.

Et si le Gouvernement fait le choix de modifier les CPER en ce sens, « la parole de l’État n’aura plus alors, que la valeur de l’encre » comme l’a déjà indiquée Pernelle Richardot en séance du Conseil Régional.

Le groupe Socialiste appelle à l’unité des élus de notre région pour faire démonstration au Gouvernement que les conclusions de ce rapport ne peuvent pas être maintenues en l’état. Nous n’accepterons pas une recentralisation des décisions qui doivent être prises par les acteurs des territoires.

Pour le groupe Socialiste, les membres de la commission transports, Pernelle Richardot, Brigitte Vaïsse et Olivier Girardin.

Écrire commentaire

Commentaires : 0