Motion pour la défense des dessertes LGV dans le Grand Est Présentée par le Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen lors de la Permanente du 13 juillet 2018

Retrouvez la motion - à initiative de notre groupe - signée à l’unanimité des conseillers régionaux pour la défense des dessertes LGV dans le Grand Est lors de la Commission Permanente du 13 juillet 2018

Motion

Après la promulgation par le Président de la République de la loi « réforme ferroviaire », nous sommes inquiets des annonces successives - faites sans concertation aucune - dans les rapports DURON et SPINETTA ou formulées par les dirigeants de la SNCF,  de la suppression de liaisons TGV entre la Lorraine et le Sud de la France, de la suppression de certaines gares (Toul, Neufchâteau et Culmont-Chalindrey), de l’hypothèse d’une suppression des dessertes à Sedan, à Rethel, Saint-Dié et Epinal, de la suppression du « bolide » Strasbourg-Lyon, le rallongement conséquent du temps de trajet (3H47) entre Strasbourg et Lyon la suppression de certains Allers-Retours entre Strasbourg et Marseille au mépris des engagements pris par l’Etat.

 

Nous regrettons que ces choix soient guidés uniquement par un aspect financier et comptable, alors que la question de l’aménagement des territoires, la dynamique économique de nos territoires devraient être l’élément déterminant. Nous rappelons également l’importance pour notre territoire de pouvoir disposer de gares d’interconnexion.

 

Nous réaffirmons que ces annonces successives jettent le discrédit sur l’action publique puisque les objectifs en vertu desquels l’impôt a été levé sur les entreprises et les ménages pour financer le projet n’ont pas été respectés.

 

Nous rappelons que cet axe Nord - Sud est considéré comme un corridor fondamental par la Commission Juncker.

 

Nous souhaitons que l’État respecte sa parole et les engagements pris en matière ferroviaire dans le Grand Est, notamment ceux signés au travers du CPER et du Triennal. 

 

Vu l’exposé des motifs, les élus du Conseil Régional du Grand Est demandent :

 

  • A l’État de respecter sa parole et ses engagements, notamment sur le financement de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône (dont le financement a été acté par l’ensemble des collectivités et par l’Etat en 2000) ;
  • A la SNCF comme à l’Etat de maintenir les liaisons entre la Lorraine et le Sud de la France ;
  • A la SNCF comme à l’Etat de maintenir l’ensemble des dessertes au départ de Strasbourg, en rétablissant le « bolide » journalier mettant Strasbourg à 3H10 de Lyon ;
  • A la SNCF comme à l’Etat de maintenir les gares TGV de la desserte Sud Lorraine (Toul, Neufchâteau et Culmont-Chalindrey) ;
  • A la SNCF comme à l’Etat un engagement clair pour le maintien des dessertes du territoire Ardennais ;
  • A la SNCF comme à l’Etat un engagement clair en matière de gares d'interconnexion TGV/TER.