Compte TER 2018

Brigitte Vaisse (57) est intervenue sur l'Avenant portant sur la seconde reprévision du compte TER Grand Est 2018.

 


Intervention de Brigitte Vaisse


Seul le prononcé fait foi

 

« Ma 1ère remarque concerne la baisse de l’acompte versé à « SNCF mobilités » au mois de décembre prochain, d’un montant conséquent de 13 millions d’euros.

 

Où va être réaffectée cette somme importante ? Va t-elle venir renforcer les investissements sur les TER, qui sont nécessaires ?


Et justement, à 2 jours du rassemblement du 17 novembre où va s’exprimer l’exaspération de nos concitoyens face à l’augmentation brutale du coût de la mobilité, l’importance des transports collectifs publics est plus que jamais d’actualité. Au moment où la région se substitue à un état défaillant ou indiffèrent au quotidien des habitants de nos territoires, où le chef de l’état proclame qu’on peut trouver du travail à 30 kms de chez soi, encore faut-il pouvoir s’y rendre ! Et nous ne pouvons que faire le constat amer que ni l’état, ni la SNCF aujourd’hui ne veulent investir sur le réseau capillaire, maintenir des trains de nuit ou porter des projets structurants comme la LGV Rhin Rhône, ou la gare de Vandières !

 

Et si l’argument du réchauffement climatique et de la transition énergétique était réellement un objectif, ce n’est pas seulement 1/5 des taxes supplémentaires qui y seraient consacrées mais bien la totalité, voire au-delà.

 

Aujourd’hui nous ne pourrons que vous encouragez à aller plus loin dans le développement de l’offre de transport et à maintenir le rapport de force avec l’état et la SNCF pour le confort et le pouvoir d’achat des usagers et la préservation de notre environnement.

 

Il y a aujourd’hui un manque flagrant d’ambition pour le développement des transports publics. Les politiques publiques se sont développées en direction des entreprises (certes nécessaires), entra entrés à travers les plans d’aménagement des zones économiques et on a oublié la question de la mobilité et de l’accès aux zones d’emploi.


C’est un enjeu stratégique pour l’aménagement de nos territoires et pour l’équité des citoyens. Particulièrement, et j’insiste, pour tous ceux qui subissent et n’ont pas choisi leurs lieux de résidence.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Cartigny Christophe (jeudi, 15 novembre 2018 22:32)

    Mme Vaisse
    Enjeux 100% partagé.
    Il est devenu de la responsabilité publique de résoudre l équation entre lieu d'habitation, lieu de travail et des moyens de transport, partagés-publics-collectifs, écologiquement responsables.
    Rien que sur le nord Mosellan près de 3000 jeunes (source mission locale) sans emploi, sans permis, dépendants de transports publics, aux horaires et cadencements inadaptés , habitants des zones entières non desservies. Un enjeu aussi pour les entreprises du territoire en quête de personnel.