Affirmer nos filières pour construire le récit économique du Grand Est

Julien Vaillant (54) est intervenu sur le Budget Primitif 2019 de la Région Grand Est relatif au Développement Economique.


Intervention de Julien Vaillant


 

Seul le prononcé fait foi

 

« Monsieur le Président,

 

Le 20 octobre 2017, lors de votre élection à la présidence de cette assemblée, vous affirmiez (après l'hommage nécessaire rendu à Philippe Richert) "qu'il ne fallait pas s'y tromper" et que "cette séquence marquait un second temps de la mandature".

 

Après "le temps de la construction, venait celui de l'action".

 

Un peu plus d'un an après, ce volontarisme qui vous honore se doit d'être nuancé.

 

Ce mandat est difficile. Le cadre est imposé et les compétences inachevées. À cela s'ajoutent des moyens limités, des identités fantasmées et des politiques parfois dénigrées.

 

Comme vous, je ne supporte pas ces discours portés par des femmes et des hommes en responsabilité qui font du Grand Est la victime expiatoire de leurs propres insuffisances.

 

Mais il faudra bien y répondre. Camus pensait que si chaque génération rêvait de refaire le monde, la sienne devait éviter qu'il ne se défasse. J'ai bien peur que pour vous et le Grand Est, la mission soit double: Faire cette nouvelle région et dans le même temps éviter qu'elle ne se défasse.

C'est aussi pour cela que nous exerçons pleinement nos responsabilités d'opposants.

 

Votre échec serait aussi le nôtre.

 

À ce titre, si j'ai déjà souligné ici la cohérence du SRDE2I dans sa double dimension de boite à outils opérationnelle d'un côté et de possible territorialisation  de  l'autre avec les POCE, j'ai également évoqué notre inquiétude qu'une réussite administrative et technique puisse aboutir à un échec politique.

Un entrepreneur, c'est quelqu'un qui est en capacité de construire son avion pendant le décollage.

Il n'a pas besoin de la puissance publique pour lui dire comment gérer son activité ou la développer.

En revanche, nous devons lui créer un environnement favorable et lui permettre de pouvoir lever la tête de son projet pour découvrir de nouvelles ressources et solidarités.

 

C'est là tout l'intérêt d'une politique économique également déclinée par filières.

Or, cette notion s'efface peu à peu de votre discours et de votre action.

 

Dans un contexte de crise économique devenue permanente, face à des défis environnementaux et sociaux sans précédent, les filières permettent le décloisonnement et le partage de ces enjeux forts entre les différents maillons du développement économique.

 

Emploi, formation, technologie, réglementation, innovation ou encore internationalisation, les filières permettent de redéfinir de nouvelles frontières pour nos activités traditionnelles et industrielles notamment au moment où les chaînes de valeurs ont éclaté à l'image du secteur automobile.

 

C'est là qu'est notre responsabilité. Dans la construction d'écosystèmes solidaires, de la possibilité d'offrir à l'entrepreneur un moment pour se saisir de la révolution numérique, à une PME d'aller à l'export ou encore de profiter d'une coopération recherche publique et privée.


La notion de filière, c'est le trait d'union indispensable entre l'économique et le politique pour penser le temps long, de nouvelles solidarités et une horizontalité avec d'autres sujets comme la formation.


Cette approche est complémentaire et indispensable à la boîte à outils que vous déployez. C'est ce que doit voir un entrepreneur lorsqu'il regarde notre région. Une volonté de "faire ensemble" davantage qu'une réponse parfois ressentie comme trop "techno".


C'est aussi pour cela que j'ai évoqué lors du DOB l'intitulé des délégations de vos VP :

- Compétitivité, innovation et numérique d'un côté

- Emploi de l'autre

 

Il ne s'agit pas de remettre en cause les capacités personnelles des uns et des autres (je n'en ai ni la légitimité ni l'envie) mais simplement de rechercher cette nécessaire transversalité indispensable à la formulation d'un récit commun du développement économique en Grand Est.

 

C'est pour cela que nous pensons qu'une plus grande affirmation de notre politique "Filières" comme carrefour de nos actions et de nos compétences sera de nature à convaincre davantage de l'utilité du Grand Est en complément de ce que vous proposez déjà.

Je terminerai par un clin d'œil en rappelant à Lilla Merabet sa promesse de m'envoyer sa carte de vœux afin de m'éclairer sur ses délégations et son action. Il ne lui reste que quelques jours pour le faire et me convaincre. »

Écrire commentaire

Commentaires: 0