Le multilinguisme : atout précieux du Grand Est

Hélène Colin (88) est intervenu  sur le Budget Primitif 2019 relatif à la Culture, au nom du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen.  


Intervention d'Hélène Colin


 

Seul le prononcé fait foi :

 

«Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux,

 

Dans le rapport soumis à notre vote, vous indiquez, s’agissant du volet éducatif de la politique en faveur des langues et cultures régionales et du multilinguisme, qu’une convention-cadre fixe l’objectif de 25% d’élèves à l’entrée en classe de 6ème inscrits dans le cursus bilingue paritaire à l’horizon 2030, sur le territoire alsacien de fait, puisque ladite convention est signée avec les deux départements concernés et avec l’académie compétente sur ce territoire.

 

Nous avons d’ailleurs voté la convention opérationnelle qui décline ces objectifs à la session plénière de novembre dernier, tout en affirmant l’intérêt que représentera enfin l’aboutissement d’une démarche similaire avec les rectorats de Nancy/Metz et de Reims.

 

Toujours dans ce rapport, vous confessez que le volet culturel de la politique régionale en la matière est principalement mis en œuvre par l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA).

 

Des interrogations demeurent… Qu’en sera-t-il, demain, quand la future Collectivité européenne d’Alsace – telle qu’on nous l’annonce – se verra confier un « rôle de pilotage en matière d’accompagnement de l’action éducative en alsacien, en matière d’enseignement des dialectes alsaciens et en matière d’animation culturelle et patrimoniale ».

 

Qu’en sera-t-il du multilinguisme sur le reste du territoire du Grand Est ?

 

La Région portera-t-elle toujours des ambitions fortes en faveur du bilinguisme sur le restant du territoire du Grand Est et les étendra-t-elle alors, plus intensément encore, à d’autres langues ?

 

Il semblerait alors nécessaire d’anticiper cette situation en renforçant, dès aujourd’hui, l’action régionale en la matière, et notamment d’aboutir rapidement aux conventions en cours d’élaboration avec les académies de Nancy/Metz et de Reims pour qu’elles bénéficient au plus tôt aux territoires de notre Région qui, eux, auront toujours, comme principal interlocuteur sur le sujet, le Conseil régional du Grand Est.

 

L’affirmation forte de cette ambition est d’autant plus nécessaire, alors que nombre d’acteurs se sont alarmés du nombre, initialement restreint, de lycées lorrains ayant la faculté de proposer l’allemand comme enseignement spécifique à la rentrée 2019. Alors, aussi, que les difficultés de recrutement des enseignants en allemand sont réelles.

 

 

Notre Région est la plus européenne de France ; vous le rappelez souvent, Monsieur le Président. « L’originalité et la diversité de nos langues régionales sont autant d’atouts qui participent à l’image de marque et à l’affirmation de notre singularité dans l’espace ouest européen » - je paraphrase, là, le rapport. Ne perdons pas cet atout précieux !

 

En résumé, puisque le volet culturel de la politique régionale en faveur du multilinguisme dépend beaucoup de l’action de l’OLCA qui, demain, travaillera davantage avec la nouvelle collectivité compétente sur ce sujet, peut-on, dès aujourd’hui, rassurer les acteurs concernés sur le fait que la politique régionale en la matière ne sera pas, pour autant, vidée de sa substance mais, au contraire, que la Région va continuer de porter cette ambition pour et avec le restant des territoires du Grand Est ?

 

Enfin, je veux vous préciser que nous voterons pour ce budget, tout en émettant une réserve sur l’aide au fonctionnement que vous accordez aux classes bilingues associations et privées qui sont encore hors contrat d’association avec l’Etat. »

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0