Pour des emplois touristiques de qualité

Cléo Schweitzer (68) est intervenue sur le Budget Primitif 2019 relatif au Tourisme de notre collectivité.


Intervention de Cléo Schweitzer


 

Seul le prononcé fait foi

 

« Le secteur du tourisme est en dynamique dans la Région Grand Est. Avec une hausse de plus de 4 % des nuitées en 2018 ce sont les campings et les hébergements collectifs touristiques qui ont profité de cette croissance. Et pourtant nous n’utilisons pas suffisamment cette dynamique pour relocaliser des emplois pérennes de façon pérenne et équitable sur notre territoire. 60 % des emplois touristiques du Grand Est se situent dans trois départements situés à l’est de notre région et souvent concentrés dans les grandes agglomérations. Certes, l’augmentation de 2 millions du budget tourisme, le tout récent Schéma Régional de Développement du Tourisme, et la création officielle dans quelques jours de l’Agence Régionale du Tourisme contribueront peut-être à rééquilibrer la répartition territoriale des emplois, mais il y a également une vraie marge de progression possible dans la qualité de ces emplois, trop souvent à temps partiels avec des bas salaires. Visons l’excellence non seulement pour l’offre touristique mais aussi pour les emplois de ceux qui travaillent, parfois dans l’ombre.

 

Mais en tourisme comme ailleurs, il est également important d’anticiper les nouveaux comportements et les modifications à venir, notamment climatique. Or l’enveloppe allouée au tourisme durable, même en augmentation, semble faible quant aux enjeux.

 

Des questions telles, la diminution annoncée du manteau neigeux sur le massif des Vosges et la nécessaire diversification du tourisme hivernal en montagne doivent être les supports de réflexion de nouvelles offres. De même, les pénuries d’eau et conflits d’usages probables pourraient à terme influencer des choix futurs sans compter que la diminution des débits et des niveaux favorise l’eutrophisation et différentes formes de pollution très défavorables au tourisme. L’écotourisme estival ou d’inter-saison suppose une qualité paysagère préservée, une biodiversité riche et variée. Or si ces objectifs dépassent largement la politique touristique, il revient également à la politique régionale du tourisme d’anticiper les changements de comportements des touristes en quête de tourisme plus éthique et plus respectueux de l’environnement. L’offre hôtelière, par exemple, devra à ce titre montrer l’exemple et traduire concrètement là aussi une forme d’excellence, mais dans les critères environnementaux avec une architecture rigoureuse adaptées aux exigences du défi climatique.

 

Enfin, dans un souci d’équité territoriale, il est important de discriminer positivement les porteurs de projets de développement touristique à faible potentiel financier afin de permettre l’éclosion de micros projets locaux, d’accompagner plus fortement la formation de leurs porteurs qui viendront à terme nourrir un tourisme de proximité et sans saisonnalité dont le potentiel n’est pas à dédaigner.

 

Nous nous abstiendrons sur le budget proposé, mais nous restons constructifs pour notre territoire du Grand Est et son essor touristique et nous voterons pour le pacte de destination Ardennes. »

Écrire commentaire

Commentaires: 0