Motion : Prise de position sur le devenir de la ligne SNCF du TGV-Est (Metz-Paris)

Pernelle Richardot (67) a présenté notre Motion Prise de position sur le devenir de la ligne SNCF du TGV-Est (Metz-Paris).



La Motion

Prise de position sur le devenir de la ligne SNCF du TGV-Est (Metz-Paris)

 

Le 9 décembre, sans aucune concertation avec les collectivités qui ont financé la ligne à grande vitesse (région, départements, …) et encore moins avec les associations d’usagers, la SNCF a modifié le cadencement des TGV de la ligne Metz-Paris.

 

Par d’habiles arguments, elle fait passer pour des progrès la suppression de trains, l’allongement des creux de desserte et le remplacement par des trains low-cost qui sont presque constamment surbookés.

 

Si le volume d’offre reste théoriquement identique, sa dégradation est incontestable.

 

Ainsi, dans le sens Metz vers Paris :

-          Le train de 8h56 de Metz vers Paris, pourtant très utilisé, a purement et simplement été supprimé par la SNCF. Cela oblige les usagers de ce train à se reporter sur celui de 7h26, fréquemment surbooké, ou à se rendre à Nancy.

-          De même le train de 19h50 a disparu au profit d’un OUIGO à 20h12 mais pour lequel il faut être sur le quai au minimum 30 minutes avant le départ du train… Quel progrès !

Dans le sens Paris vers Metz :

-          Le train de 8h40 est transformé en OUIGO.

-          Le train de 16h40 est transformé en OUIGO et avancé à 16h10.

-          En conséquence, le train de 17h40 est le plus souvent surbooké et n’est plus « réservable » quelques jours avant son départ.

-          Il n’y a plus que deux trains directs en fin de journée après 18h :

o   Le train direct de 18h40 est maintenu, souvent surbooké, MAIS celui de 19h40 a disparu, remplacé par un train à 20h13.

-          Le train direct de 20h40 disparaît sauf à prendre une correspondance via Nancy qui amène le voyageur à 23h30 en gare de Metz !

Rappelons que les billets OUIGO peuvent être achetés uniquement sur internet, qu’il est impossible de réserver une place et d’acheter un billet en gare au dernier moment, qu’il faut être présent « en principe » sur le quai 30 minutes avant le départ du train…

 

Quand nous savons que près de 30% des Français ont des difficultés avec les démarches et achats numériques, nous sommes en droit d’attendre qu’un opérateur de services publics prennent des dispositions pour accompagner les usagers et non pour les dissuader par la complexification des procédures. En outre les abonnements et les cartes de réduction SNCF ne s’appliquent pas sur les trains OUIGO. Rappelons également que les voyages SNCF sur la ligne Grand Est sont parmi les plus chers.

 

Avec ces modifications de service et de cadencement, Metz devient l’agglomération la plus mal desservie sur l’ensemble du Grand Est avec seulement trois trains vers Paris, dans la fourchette horaire de 6h à 9h, essentiels aux déplacements d’affaires comme de loisirs.

 

Aussi les élus du Conseil Régional du Grand Est, réunis le lundi 28 janvier 2019 en commission permanente exigent une véritable concertation de la part de la SNCF sur le cadencement des trains sur la ligne Metz-Paris.

 

Les changements d’horaires sans concertation préalable ont en effet pour conséquence de désorganiser les  correspondances TER. L’offre vers Nancy est également dégradée par la mise en place de « Oui-Go » le matin à la place des TGV classiques. Par ailleurs l’absence d’Autorité Organisatrice pour les TGV est une lacune de notre Droit actuel qui gagnerait à être comblée par la mise en place d’instances de concertation formalisées.

 

Nous attendons de la SNCF qu’elle remette en place le train de 8h56 (Metz-Paris) et de 16h40 et 19h40 (Paris-Metz). Nous attendons qu’elle propose aux associations d’usagers et aux élus une réunion de concertation dans les plus brefs délais.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Naït Abdelaziz Mezhoura (lundi, 28 janvier 2019 22:58)

    Le maintien des lignes existantes et le développement d'autres lignes du réseau ferroviaire vers les territoires isolés.