Soutien à la policlinique de Schirmeck

Intervention sur la clinique Saint-Luc à Schrimeck

 

Suite à la visite de Joëlle Barat et Pernelle Richardot

 

le jeudi 07 février 2019

 

 

Seul le prononcé fait foi

 

« Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

lors de la séance plénière du 22 janvier, nous vous demandions, de faire pression auprès de l’Agence Régionale de Santé afin de maintenir les services et établissements de proximité.

 

Aujourd’hui, nous sommes face à une situation concrète, dramatique pour un territoire rural, où l’accès au service public de santé est fortement menacé par une décision de l’Agence Régionale de Santé de diminuer de façon drastique le financement d’une clinique privée à but non lucratif.

 

Je veux parler, Monsieur le Président, de la clinique Saint Luc, située dans la commune de Schirmeck, dans la vallée de la Bruche.

 

Cet établissement offre un éventail important de services, dans un territoire enclavé, situé à un minimum de 40 minutes de Strasbourg.

 

Cette clinique possède, entre autres, un hôpital de jour d’oncologie, où sont dispensés, 2 jours par semaine, entre 6 à 10 cures de chimiothérapie sur chacun de ces 2 jours, soit 12 à 20 cures par semaine.

 

Ce service, indispensable, en terme de proximité, de qualité de prise en charge, est menacé, mais pas seulement. Le service d’urgence, l’antenne de SMUR (Service Mobile d'Urgence et de Réanimation) et du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours), avec l’intervention possible d’un infirmier ou infirmière Sapeur Pompiers, sont également menacés.

 

Vous savez mieux que moi, Monsieur le Président, combien la question du temps est primordiale dans la prise en charge d’urgences et conditionne le pronostic, je pense en particulier à la prise en charge des personnes atteintes d’Accident Vasculaire Cérébral ou d’Infarctus.

 

La mise en place, en 2015, de ces antennes, a considérablement amélioré la prise en charge des urgences, et fait diminuer de façon significative le taux de mortalité, et la morbidité.

 

La menace que l’Agence Régionale de Santé fait peser sur ce territoire, est incompréhensible, et incohérente au regard de la volonté affichée dans la Stratégie Nationale de Santé, et dans le Plan Régional de Santé, qui affirment que l’organisation de l’offre de soins, dans les territoires doit garantir à chaque citoyen à la fois qualité de prise en charge, accessibilité et efficience, doit également concilier proximité et accessibilité.

 

Supprimer ce centre d’oncologie veut dire obliger ces malades à des trajets fatigants, parfois aléatoires, dans des conditions difficiles en période hivernale, et ceci pour accéder à des services saturés. Quel bénéfice ?

 

Fermer ces urgences, ces antennes de SMUR et SDIS, c’est remettre en cause une prise en charge rapide, en moins de 30 minutes, comme préconisé par l’ARS elle-même, c’est creuser les inégalités, et augmenter la morbidité voir le taux de mortalité.

 

Monsieur Le Président, vous affirmez régulièrement votre souci de proximité, votre souci de gommer les inégalités territoriales, d’assurer un aménagement pertinent de tous nos territoires.

 

Il y là un vrai danger pour la population de cette vallée.

 

Cette clinique, certifiée « A » par la Haute Autorité de Santé doit pouvoir continuer à offrir des soins de qualité, en proximité.

 

Nous vous demandons, Monsieur le Président, de mettre votre influence au service de ce territoire, de sa population, et de peser auprès de l’Agence Régionale de Santé, auprès de Madame la Ministre afin que cette décision soit suspendue de façon définitive. »

 

En attendant, je vous invite toutes et tous à signer la pétition en ligne.