Le plurilinguisme, véritable atout pour notre région !

Hélène Colin (88) est intervenue sur le rapport : Premiers principes et mesures en faveur des langues et cultures régionales sur le territoire Alsacien et Mosellan.


Intervention d'Hélène Colin


 

Seul le prononcé fait foi 

 

" Monsieur le Président,

 

Dès la première ligne de ce rapport, il nous est indiqué qu’il « a pour objet de soumettre au Conseil régional une stratégie d’ensemble en faveur des langues et cultures régionales sur le territoire alsacien ».

 

De « premiers principes et mesures en faveur des langues et cultures régionales sur le territoire Alsacien et Mosellan » nous sont ainsi présentés, comme la création d’un fonds dédié dans les prochains budgets, sur lequel nous porterons notre attention, de même que sur les délibérations annoncées qui viendront mettre en œuvre ladite stratégie d’ensemble en faveur des langues et cultures régionales, dès le second semestre.

 

Celles-ci concerneront sans doute l’aboutissement de la convention portant sur l’extension de l’enseignement bilingue auquel vous travaillez avec les académies de Nancy-Metz et de Reims, et que nous appelons également de nos vœux depuis plusieurs mois. Son aboutissement permettra le caractère uniforme de la politique menée sur l’ensemble du Grand Est, préférable à une application hétérogène sur les territoires. Elles pourront aussi concerner la promotion d’autres langues et cultures, comme l’allemand avec lequel nous avons beaucoup d’accointances, conférant ainsi l’importance accordée par le Grand Est au plurilinguisme dans son ensemble, véritable atout pour l’emploi dans notre région et pour son ouverture sur le monde.

 

Pour l’heure, dans le présent rapport, figurent plusieurs points intéressants, comme la création d’un Diplôme de Compétence Linguistique (DCL) en langue alsacienne, pertinent pour renforcer, notamment, l’employabilité des travailleurs œuvrant dans le secteur de l’aide à la personne, comme nous l’avions également vu en Commission Formation professionnelle. L’objectif est bien, ici, d’évaluer objectivement le niveau de compétences linguistiques d’un apprenant et, par sa reconnaissance nationale, d’ouvrir droit à un financement au titre du Compte Personnel de Formation (CPF). Le soutien aux personnels se formant à la langue régionale et l’attention portée à la qualité des outils pédagogiques mis à leur disposition sont aussi des pistes notables et profitables à l’apprentissage des langues dès la petite enfance, dans les crèches comme en milieu périscolaire.

 

La politique régionale de promotion des langues et cultures sera en tout cas impactée par la formation de la future Collectivité européenne d’Alsace, notamment s’agissant de la création souhaitée d’un « pôle d’excellence consacré au plurilinguisme et aux coopérations éducatives transfrontalières, qui sera implanté en Alsace pour l’intégralité de la région Grand Est, et qui  regroupera un centre de ressources pédagogiques, des dispositifs de formation et des outils de communication ». Des incertitudes perdurent sur ce dessein et viendront inévitablement modifier l’approche régionale que l’on peut avoir des politiques en faveur du plurilinguisme.

 

 

Pour autant, ces principes en faveur des langues et cultures régionales que vous nous présentez là, étant les premiers, tels qu’ils sont intitulés, d’une série de mesures encore à venir, nous voterons POUR ce rapport."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0