Pour le développement d'une offre de mobilité qui doit rester publique !

Brigitte Vaisse (57) est intervenu sur le bloc mobilités. 

Le réseau Express Métropolitain de Strasbourg - Projet d'aménagement autour du nœud ferroviaire, la préparation du cadencement et de l'ouverture à la concurrence des lignes transfrontalières France - Allemagne, l'approbation des dispositifs connexes au règlement régional du transport scolaire et l'approbation du principe de délégation de service public comme mode de dévolution de l'exploitation des lignes régulières de transport régionales sur le réseau Fluo Grand Est 57 et du projet de convention cadre de délégation de service public applicable sur le territoire régional.


Intervention de Brigitte Vaisse


 

Seul le prononcé fait foi

 

« 6 rapports donc relatifs au service public des mobilités !

 

 

Et j’insiste sur les mots «  Service Public » alors même qu’a été adopté hier un amendement dans la future Loi Mobilité qui relance le débat sur la Privatisation de routes nationales!

 

Le rapport sur le règlement regional des transports scolaires reportant à 2022 l’uniformisation des tarifs donne le sentiment d vouloir mettre sous le tapis la question de la gratuité des transports scolaires que nous ne cessons et ne cesserons de poser !gratuité pour tous les élèves du primaire aux lycées. Les déplacements scolaires sont contraints et non pas choisis pour certains et les difficultés sont renforcées avec la loi Blanquer!Je rappelle que l’éducation est encore un service public !

 

Comme vous aimez à le répétez: »Il faut bien que quelqu’un paye! », certes !

 

Mais la gratuité en matière d’éducation est aussi un moyen de participer à la redistribution et au pouvoir d’achat des plus précaires!

 

La question de la TVA n’est plus un enjeu majeur puisque la ministre a assoupli les règles sur ce point !

 

D’autres grandes régions le font sans augmentation de la fiscalité et ça fonctionne. C’est un projet de société avant d’être un enjeu politique !!

 


J’ai une question concernant les inscriptions au transport de façon uniquement numérique. Y -a-t-il eu discussion avec les Maisons de la région ou avec les établissements pour accompagner et accueillir les familles qui rencontreraient des difficultés ?

 

Concernant la préparation de l’ouverture à la concurrence des lignes transfrontalières, on ne peut que se féliciter d’une concertation et d’engagements partagés avec nos voisins des Länder allemands. Mais là où le bât blesse encore 1 fois, c’est que c’est toujours le CR qui va financer ou pré-financer avec des inconnus de taille en ce qui concerne la question des ouvrages d’art et des travaux indispensables pour adapter les nouvelles offres de transports.

 

 

 

Et je ne peux que rappeler notre proposition exprimée lors d’une séance précédente de devenir notre propre opérateur de transport, de façon à avoir la main sur l’ensemble des décisions concernant les mobilités, et ne pas rester au niveau d’annonces , de souhaits et de préconisations sans se donner les moyens de les mettre en œuvre.

 

Financer des études et des travaux pour que des entreprises privées en retirent les bénéfices, prouve que nous n’avons pas la même conception de ce que doit être un service public, en l’occurrence celui des transports !

 

Et si vous vous félicitez d’investissements importants de la collectivité en ce domaine, n’oubliez pas de les rapporter au coût de la pollution (102 milliards par an) ou au coût des embouteillages (1000 euros par an et par personne) !

 

Mais on peut regretter que les bonnes relations avec nos voisins allemands ne soient pas aussi cordiales avec nos voisins luxembourgeois et la question de l’ERTMS continue d’empoisonner nos relations. Et nous déplorons que le traité d’Aix-La-Chapelle, négocié entre autres par un conseiller régional et député de votre majorité, n’ait pas inclus un volet sur les mobilités, question ô combien stratégique ! Nous nous félicitons de votre implication, M. le Président dans ce dossier et espérons qu’un accord pourra être trouvé afin d’éviter d’accroître la galère quotidienne des travailleurs frontaliers vers le Luxembourg. Et ce, malgré le manque d’anticipation flagrant de votre majorité sur ce dossier.

 

Nous déplorons qu’au moment même où le gouvernement affirme son intention de donner aux transports du quotidien et aux lignes ferroviaires capillaires la priorité, la loi LOM vienne complexifier l’action des collectivités dans ce domaine. Nous avons bien compris qu’au-delà d’un simple effet starter , l’apport ou non de fonds régionaux conditionnent la réalisation des projets !Et que néanmoins nous restons soumis au bon vouloir de la SNCF , opérateur public qui décide parfois sans concertation de suppression de trains ou de changements de grille horaire! La priorité donnée aux TGV et au fret sur les TER ne peut que compliquer les initiatives régionales.

 

Enfin, concernant les mobilités durables, on ne peut que se féliciter des développements de l’autopartage, du transport à la demande, des vélos en libre-service ou toute autre initiative d’avenir!
Les habitudes ne changeront que si l’alternative proposée se révèle supérieure au service que l’on abandonne ! La cohérence et la connaissance entre tous ces dispositifs nouveaux doivent faire l’objet d’un schéma des mobilités partagés par l’ensemble des collectivités depuis le niveau communal jusqu’au niveau régional, d’articulations efficaces entre tous les acteurs...à quoi bon faire converger des flux de voitures vers une halte ferroviaire (avec tous les équipements induis: parking etc..) sans se préoccuper des moyens d’accès alternatifs qui pourraient impacter et réduire ces flux?
On peut avoir un beau catalogue d’alternatives et il est vrai que vous aviez l’air séduit, M. le Président devant la magnifique maquette de monorail qui vous était présentée par le maire de Woippy, sollicitant votre adhésion à ce projet. Envisagez-vous un soutien à ce type d’initiative ?
Nous aurions plus de lisibilité si nous définissions une priorité et mettions par exemple l’accent sur l’autopartage, qui peut se mettre en œuvre rapidement, quel que soit la catégorie des réseaux, routes départementales, nationale ou autoroute et peu coûteux pour la collectivité. Cohérence, complémentarité, priorisation pour donner lisibilité et efficacité le plus rapidement sur le territoire Grand Est.

 


Au regard des remarques précédentes, nous voterons favorablement sur les rapports : l
e réseau Express Métropolitain de Strasbourg, l'approbation du principe de délégation de service public comme mode de dévolution de l'exploitation des lignes régulières de transport régionales sur le réseau Fluo Grand Est 57 et le dispositif d’intervention en faveur des mobilités durables.

 

Nous nous abstiendrons sur les travaux de réouverture de la ligne Epinal-Saint Dié-des-Vosges.

 

Nous voterons contre la préparation du cadencement et de l'ouverture à la concurrence des lignes transfrontalières France – Allemagne et l'approbation des dispositifs connexes au règlement régional du transport scolaire.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0