Orientations Budgétaires

Julien Vaillant (54) est intervenu sur les Orientations Budgétaires.


Intervention de Julien Vaillant


 

Seul le prononcé fait foi 

 

Monsieur le Président, mes chers collègues,

 

Je voudrais tout d’abord remercier Monsieur Sebeyran pour la présentation exhaustive du contexte dans lequel s’inscrit vos Orientations Budgétaires. Mais lui dire aussi, en toute amitié, que face à la question qu’il s’est posé à lui-même : « Pourquoi nous faisons mieux ? »

 

Que si sa réponse est pour « dégager de l’autofinancement », je pense malheureusement que c’est surtout pour dégager de l’autosatisfaction, que vous exprimez beaucoup aujourd’hui. 

 

« Acuité, clairvoyance, force du projet, offensif, mobilisateur, à rebours d’une simple gestion, nos Orientations budgétaires font de cette Région la collectivité de la modernité, de l’avenir, de la proximité et de la solidarité. »

 

C’est beau et vous vous en doutez, ce n’est pas de moi. Ce sont les premières lignes de vos Orientations Budgétaires et vous avez raison, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, mais quand même …

 

Bien sûr que vous portez des dispositifs, des plans, des schémas pertinents sur certains sujets. Il nous arrive même que nous les votions. Mais quand même, je trouve, Monsieur le Président qu’en ce moment, dans un contexte politique que je rappellerai, vous confondez trop souvent volonté et volontarisme.

 

Et se faisant, vous risquez demain de devenir le Président des superlatifs.

 

Mes remarques vont être très modestes parce que je mesure les difficultés auxquelles vous êtes confronté :

 

- Nous sommes le fruit d’une loi acrobatique et improvisée. Ce n’est pas de moi, c’est Gérard Larcher au Congrès de Régions de France.  Je ne suis pas loin de partager cela. Et je sais la responsabilité que porte ma famille politique dans ce contexte.

- Nous sommes dans un contexte de crise sociétale, sociale majeure.

- Nous sommes un hémicycle qui est lui-même à l’image de la société, fragmenté. Chacun des groupes ici, s’est retrouvé divisé depuis les élections.

 

Alors, vous demandez des propositions. Mais nous, Monsieur le Président, depuis le début de cette année, nous vous en avons fait pleins.

 

1- Nous avons demandé que puisse être fait une évaluation collective du SREDEII collective, notamment des Pactes Offensifs Croissance Emploi, pour justement répondre à ce rendez-vous, que vous nous avez encore demandé ce matin de la territorialisation de nos politiques.  Et je reprends là des débats sereins que nous avons en commissions, notamment avec notre collègue Sylvain Waserman qui nous explique lui-même, qu’il est difficile aujourd’hui de s’afficher en force d’entrainement sur les questions de politiques économiques, que les liens avec les agences d’attractivité sont compliqués, que nous avons encore à convaincre.

 

2- Des propositions ? Vous demandez l’unité ce matin mais moi je regrette que las de notre dernière session, nous avons été infoutu collectivement de faire l’unité sur une motion commune pour défendre l’outil industriel de Saint-Gobain. Je ne m’en remets pas.

Et à ceux qui pensent que c’est dans les anti chambre du ministère de l’économie que se règlent de tels dossiers, je les invite à regarder l’actualité de ce matin à whirlpool. Quand bien même la parole présidentielle est en jeu, on voit bien que face à ces problématiques et aux rapports de forces économiques complétement inégalitaires, nous sommes balayés, notre collectivité aussi.

 

3- Concernant l’urgence climatique, j’ai souvenir que ma collègue, Cléo Schweitzer avait posé une motion sur ce sujet, il y a quelques temps.

Mais ayons ce débat. J’entends très bien dans la vidéo de ce matin, les propos du maire de Colroy-la-Roche qui sont complétement justes.  Mais on pourrait aussi discuter du GCO. Moi, je passerai bien une vidéo sur le chantier du CGO en ce moment. Vous verrez c’est édifiant.

 

Malheureusement, ce débat est dépassé, le dossier qui a 30 ans, l’était aussi d’ailleurs. Mais, on a d’autres sujets à discuter : le transport en site propre jusqu’à Wasselonne, etc.

 

Ayons enfin ce débat et organisons-le ! A chaque fois vous dites on « fera » et derrière il n’a pas de débat.

 

4-      Dernier exemple. On a discuté de la présence des services publics sur nos territoires lorsque nous avons posé une motion. Des motions que visiblement, vous ne supportez plus, mais qui finalement sont le seul moyen de se faire entendre. Vous nous avez promis un travail collectif sur ce sujet. On a eu un mail expédié le lundi matin d’une motion qui est quand même d’une vacuité assez profonde. Ça ne sert à rien effectivement de faire des motions si c’est pour avoir des contenus sans aucune idée. Nous, on regrette aujourd’hui des choix de politique gouvernementale qui suppriment certains services publics dans nos territoires. Voilà notre conviction.

 

Nous, nous pensons contrairement à ce qui a été dit ce matin, que si la métropolisation doit être portée pour tirer l’excellence elle doit être aussi encadrée car elle crée des inégalités. Je m’arrête là, Monsieur le Président.

 

Vous dites qu’il y a deux temps dans ce mandat il y en aussi eu deux parce qu’il y a eu des changements de gouvernance au sein de votre majorité. Nous aimerions maintenant que vous vous exprimez sur la maitrise que doit retrouver notre collectivité sur ses ressources financières. C’est un débat qui peut fédérer les élus du Grand Est. Idem sur l’évolution du bloc communal, le débat que nous allons avoir sur le droit à la différentiation (loi 3D), …

 

Ce sont des sujets que nous pourrions aussi aborder dans un débat Orientations budgétaire." 

Écrire commentaire

Commentaires: 0