Agissons !

Retrouvez notre communiqué.


 

Comment instaurer la confiance entre les citoyens et une collectivité comme la Région Grand Est, indispensable à l’efficience de l’action politique? La question reste centrale dans cette période marquée par une demande croissante de justice sociale et une prise de conscience écologique, mais aussi par un risque accru de repli sur soi et de communautarisme et un contexte de mondialisation et de digitalisation de la société qui pèse sur notre économie et notre autonomie.

 

Quel projet politique une jeune Région, transfrontalière et riche de sa diversité peut mettre en place afin de faire de la collectivité un outil au service de l’attractivité, du vivre ensemble et de la transition écologique ?

 

Des intentions soient bien présentes dans ce budget, mais nous cherchons encore les mesures concrètes qui devraient être prises. Lors de cette séance budgétaire, le Groupe Socialiste Républicain et Citoyen fait des propositions :
 

1.  Renforcement de la sécurité et de la qualité de service dans les TER

 

Nous devons de tirer les conclusions qui s’imposent suite à l’accident de TER qui a eu lieu dans les Ardennes. Ainsi nous demandons, comme cela l’avait été obtenu en Champagne-Ardenne et en Lorraine, le rétablissement dans la convention avec la SNCF d’une obligation de présence humaine renforcée dans chaque train et dans les gares.  Cette mesure permettra également de renforcer l’attractivité du transport ferroviaire.

 

                2. Un arbre par habitant du Grand Est

 

Nos forêts qui connaissent une crise majeure, ont été les victimes d'attaques d'un insecte xylophage, qui prolifère lors des étés chauds et secs : le scolyte. Face à cette crise la question du repeuplement de nos forêts est primordial pour les générations futures, aussi nous demandons que la Région Grand Est plante un arbre par habitant de notre territoire, à savoir 5.5 millions.
 

3. Abondement du Fonds d’urgence étudiant des CROUS

 

L’actualité et les chiffres concernant la précarité étudiante, sont inquiétants et appellent une réaction de notre collectivité. Aujourd’hui un étudiant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté et que presque un étudiant sur deux est obligé de travailler durant l'année scolaire, ce qui réduit leur chance d’obtention d’un diplôme. Aussi nous demandons à la Région d’abonder le fonds d’aide d’urgence des Crous.

 

4. Pass’contraception

 

Afin d’assurer de manière anonyme et confidentielle la gratuité de la contraception des jeunes filles et garçons mineurs qui, pour des raisons financières, sociales, géographiques, familiales, rencontrent des difficultés d'accès à la contraception, nous demandons que le pass’contraception soit remis en place, ainsi qu’une aide permettant la lutte contre la précarité menstruelle. Environ 130 000 jeunes françaises manquent l’école chaque année car elles n’ont pas les moyens de s’acheter des protections hygiéniques pendant leurs règles.

 

           5. Augmentation du nombre de bénéficiaires des bourses dans les formations des secteurs sanitaire et social.

 

Au regard de la précarité de plus en plus importante des étudiant.e.s de ce secteur, corrélée avec les besoins croissants de professionnels dans ces secteurs, proposons d’ouvrir l’accès aux bourses à tous.te.s les apprenant.e.s de ce secteur en retenant un seul critère: le critère de ressources, quelles qu’elles soient.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0