Budget Primitif : Engagement et citoyenneté

Joëlle Barat (08) est intervenue sur le Budget Engagement et Citoyenneté. 


Intervention de Joëlle Barat


 

 

Seul le prononcé fait foi 

 

Monsieur le Président, Mesdames et messieurs, cher.e.s collègues,

Il s’agit de la première présentation budgétaire de la politique “Engagement et citoyenneté”. Un budget de 4 900 000 € qui regroupe 3 lignes budgétaires, au contours flous, sans réelle vision stratégique.

Une ligne consacrée à la vie associative dans les territoires, regroupant le soutien aux têtes de réseau, le soutien à la structuration du monde associatif et le soutien à la vie associative de proximité. Cette ligne regroupe en fait des dispositifs qui existaient en étant portés par d’autre commission, seule nouveauté le DIVA’P.

La 2ème ligne est consacrée à l’accompagnement à la citoyenneté. Sur ce sujet, je rappelle notre position exposée lors de la Commission Permanente du 22 novembre dernier. Faire appel à un cabinet conseil pour une somme aussi importante nous parait démesuré et inadéquate.

Des outils au service de l’expression, de la concertation, de la co-construction citoyenne existent déjà. Vous auriez pu vous appuyer sur le manifeste du CESER et des Conseils de Développement du Grand Est, datant de novembre 2017, intitulé “Vers de nouvelles formes d’expressions citoyennes”. De nombreuses pistes, actions sont proposées, et vous auriez pu faire le choix de vous appuyer sur ces structures, organisées et fortes d’expertises en consultations citoyennes.
Enfin, une troisième ligne “Porter la lutte contre les discriminations et renforcer la cohésion sociale”

Je rappelle ici, les remarques que nous avions faites lors de la plénière d’octobre dernier.
Vous noyez la politique égalité entre les femmes et les hommes au milieu d’une ligne fourre-tout, discriminations.

Nous savons tous, combien il est important de porter cette question d’une manière ciblée avec une personne dédiée, pour la faire réellement progresser.
Rien non plus dans ce rapport, aux moyens dédiés au fonctionnement du groupe de référent.e.s égalité.

Sans budget dédié, sans personne identifiée clairement, cette politique court un risque majeur : celui de n’être qu’une coquille vide.

Enfin le handicap n’a droit qu’à deux lignes dans le budget primitif. Le groupe de travail nous parait en sommeil. Et nous n’avons à ce jour, aucune vision d’actions potentiellement engagées dans ce domaine.

Lorsque vous affirmer avoir l’ambition de faire progresser l’inclusion des personnes en situation de handicap, des éléments concrets nous manquent. Et qu’entendez-vous vous par inclusion?

A l’instar de Pascal Jacob, président de l’association Handidactique, je préfère parler d’une “société accueillante et accompagnante, cherchant à développer l’autonomie des personnes” plutôt que d’une “société inclusive” qui court le risque sans accompagnement, de continuer à exclure.
Monsieur le Président, nous nous abstiendrons sur ce budget qui manque d’ambition et de vision stratégique.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0