Budget Primitif

Jacques Meyer (51) est intervenu sur le Budget Primitif 2020.


intervention de Jacques Meyer


 

Seul le prononcé fait foi :

 

« Monsieur le Président, je voudrais, une fois n’est pas coutume, tout d’abord vous féliciter, vous féliciter pour votre énergie et votre capacité de travail. En effet le vendredi 22 novembre, vous avez d’abord présidé le matin la commission permanente, puis l’après-midi la séance plénière et puis vous avez enchainé en remaniant la rédaction du projet de budget primitif pour tenir compte du débat d’orientation budgétaire. Vous avez sans doute travaillé une bonne partie de la nuit car nous avons reçu le document sur nos tablettes le samedi en début après-midi. Bravo ! Une belle prouesse ! Et une capacité de travail qu’il convient de saluer !

 

Plus sérieusement, Chers Collègues, je subodore que le projet de budget primitif a été réalisé avant même le débat d’orientation budgétaire et qu’il a été envoyé dans la foulée, rendant inutile notre débat en séance plénière, sauf bien sûr à respecter la loi, et stérile car ne pouvant avoir d’influence sur le budget présenté.

 

Ce qui est fort regrettable puisque le débat d’orientation budgétaire fut intéressant, avec de nombreuses réflexions et propositions.

 

En particulier, l’exécutif aurait pu entendre la clameur générale, reprise par la chambre régionale des comptes, le CESER et bon nombre d’élus réclamant plus de clarté et de précisions dans la présentation budgétaire. Sans faire mien le mot opacité que certains ont prononcé, j’observe que nous n’aurons pas eu deux années consécutives la même présentation budgétaire ! Ajoutons à cela les modifications dues aux changements incessants des règles, tant en recettes qu’en dépenses, imposées par l’Etat, et nous arrivons à la situation très désagréable d’avoir de grandes difficultés pour suivre l’évolution des affectations budgétaires; ce qui empêche d’évaluer réellement la pertinence, le coût et l’impact des différentes politiques de notre collectivité.

 

Venons-en maintenant au fond.

 

Le budget 2020 se caractérise, du côté recettes, par un accroissement de l’endettement de la région. Je dois redire clairement que nous ne sommes pas hostiles au recours à l’emprunt. A l’opposé de certains collègues dont les points de vue et votes changent suivant qu’ils sont dans l’opposition ou dans la majorité, et qui lorsqu’ils sont dans l’opposition sont hostiles à l’augmentation de la dette et y sont favorables lorsqu’ils sont dans l’exécutif, notre position à nous n’a pas varié et donc nous sommes favorables à l’utilisation de l’emprunt pour outil de financement des grands projets d’investissement comme il nous est proposé. Encore faut-il voir où tout cela nous mène et le dire clairement. Ce qui n’est pas le cas dans le document qui nous est soumis.

 

Dans le document il est bien reconnu que pour faire face à l’accroissement de plus de 100 M€ des investissements voulu par l’exécutif depuis 2019, il a fallu emprunter 90 M€ en 2019 et prévoir l’emprunt de 90 M€ 2020 et donc pour respecter le même rythme des dépenses d’investissement prévus sur les 5 ans du PPI, la dette ne va-t-elle pas s’accroitre sur le même rythme, à savoir de l’ordre de 90M€ par an, , soit au total des 5 années, 5 fois 90 M€ soit 450 M€ de plus ? Ceci signifierait que notre dette qui actuellement est de l’ordre de 2 milliards 350 Millions d’euros avoisinerait les 3 milliards de dette ! On arrive là à des sommes considérables qui auraient mérité d’être d’avantage commentées dans le document.

 

 

En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement, vous vous félicitez « d’aller plus loin que les 1,2 % inscrit dans le contrat financier liant l’Etat à la Région » et vous parlez dans le document « de prolonger et d’accentuer les efforts ». Pour notre part nous ne pensons pas qu’il faille s’en féliciter car, au-delà des efforts de rigueur et de bonne gestion, c’est tout le secteur associatif et le soutien aux territoires qui risquent d’en pâtir. Nous en reparlerons à l’occasion de l’examen des différents domaines d’intervention pendant ces deux jours.

 

Un mot, Monsieur le Président, sur les ressources humaines. Les dépenses de ce secteur représente 334 M€. Au budget de l’an dernier ne figurait que 106 M€, mais il faut dire que cette somme n’englobait pas les personnels des lycées. Ce qui rend la comparaison très difficile. On retombe là sur le problème soulevé en début de mon intervention : il n’y a pas eu deux années consécutives avec la même présentation budgétaire. Ceci dit, le débat en commission des finances a permis de pointer qu’aucune création d’emplois n’était prévue au budget primitif, alors qu’en commission des relations internationales on nous a annoncé la création d’emplois pour la Maison de Bruxelles. Sans doute procédera-t-on par redéploiement de postes. Mais rien de précis ni de clair dans le document. Aussi j’ai une proposition à vous formuler : le secteur Ressources et moyens, qui représente quand même 655 M€, mériterait d’être examiné plus en détail par notre assemblée plénière et je vous propose qu’à l’avenir nous consacrions un temps spécifique pour son étude, comme on le fait pour les autres grands secteurs d’intervention, Relations Internationales, Agriculture, etc…

 

 

Enfin un dernier point : s’il faut saluer dans ce budget une cohérence d’ensemble, une bonne déclinaison des axes décidés par la majorité de notre assemblée, le tout apparaît assez imperméable aux évolutions de notre société et étranger aux problèmes du moment que rencontrent nos concitoyens. C’est dans cet esprit que nous avons déposé, en plus des propositions et avis que nous vous ferons pendant les 2 jours, deux amendements, l’un pour faire face au risque d’insécurité et de sentiment d’insécurité dus au manque de présence humaine dans les gares et dans les trains ; l’autre pour faire face à la précarité étudiante et répondre à des situations ponctuelles de détresse financière étudiante.

 

Je pense que nous reparlerons le moment venu de ces deux amendements.

 

Je vous remercie de votre attention."

Écrire commentaire

Commentaires: 0