Business Act

Pernelle Richardot (67) a donné notre position sur le Business Act.


intervention de Pernelle Richardot


 

Seul le prononcé fait foi :

 

Business Act 

 

Nous tenons à saluer la démarche, Business Act qui in fine a su réunir dans un temps limité des acteurs de différents horizons au service d’un intérêt, celui du développement économique de notre région.

 

Nous n’avons pas été d’accord avec tout ce qui a pu se dire, mais c’est bien dans la contradiction respectueuse que peuvent émerger des idée neuves. Et en la matière, nous en avons bien besoin., quand on voit ce matin l’alerte DNA annonçant la vente d’Alstom

Je tiens à rappeler que pour nous que la question économique ne peut être détachée de la question sociale et environnementale. 

 

Cette démarche engagée doit aboutir maintenant à créer des écosystèmes favorables à l’emploi, à la formation, à l’environnement et au vivre ensemble dans le Grand Est, en prenant en compte les grands enjeux de notre société notamment l’industrie 5.0 comme vous la nommez.

 

Nous partageons les axes développés, le premier enjeu c’est bien d’anticiper les mutations industrielles de notre territoire, lancer de nouvelles dynamique, en permettant une croissance raisonnée et de retrouver une richesse partagée.  

 

Avec le Business Act, la Région prend enfin son rôle d’assemblier à bras le corps c’est bien, nous nous en félicitons. Mes chers collègues sur ces sujets, nous ne pouvons faire abstraction du niveau national et de la place qui demain sera faite (ou pas) aux Régions. Quelle coopération à venir entre chaque strate de notre organisation territoriale ? Cette question se pose car le sens de l’histoire n’est plus à la concurrence territoriale, mais bien à la co-construction, coopération.

 

Derrière une mise en œuvre sans doute complexe, il faudra faire des choix. Et sur ce point nous sommes plus sceptiques.

 

Sceptiques, parce ce document semble venir corriger les faiblesses et les carences du SRDEII, or nous manquent les bilans des actions et dispositifs passés. Comment assoir une réflexion sans bilan national et territorial ? 

 

Sceptiques parce que nous ne voyons pas dans ce document de véritables choix clairs se dessiner concernant les filières à soutenir. Nous avons des capacités d’actions, des savoir-faire, des infrastructures, encore faut ‘il ne pas se disperser.

 

Ce Business Act a permis de mettre en avant certaines de nos forces ; je pense à la forêt, au textile, aux matériaux, à l’énergie, à la viticulture, aux tourismes et encore bien d’autres. Lesquelles seront privilégiées ? Comment se feront les choix ? Arbitrages ?

 

Nos choix stratégiques, forcément restreins, vu notre capacité d’intervention, devrons nous permettre de frapper fort et d’être efficaces. Nous devons nous positionner au niveau national et international sur des axes dans lesquels nous deviendrons demain leader.

 

L’intelligence artificielle, dont vous faite la promotion dans ce document, est indispensable, mais nous ne pourrons avancer seuls. Sur ces sujets, nous devons donc chercher des synergies avec d’autres partenaires. A cette seule condition, vu nos retards passés, cela sera gage d’efficacité.

 

Ce business Act ne doit pas nous absoudre d’une conférence sociale et du soutien que nous devons apporter aux personnes les plus vulnérables de notre région. Il s’agit d’écrire ensemble le récit de notre région : un récit porteur d’avenir pour nos habitants, respectant leurs spécificités et s’appuyant sur leurs talents.

 

Nous souhaitons que ce business Act puisse évoluer encore en fonction des bilans qui seront tirés de cette crise, ainsi que des actions qui seront menées au niveau national, mais également par les autres Régions et les autres collectivités locales.

 

Cette séquence constitue le point de départ du monde d’après au niveau régional mais aussi national. La conjoncture est unique, la responsabilité est grande, le défi engageant, assez pour dépasser les vieux clivages et travailler de concert à l’intérêt général. C’est pourquoi nous voterons POUR. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0