Redonnons au service public de santé les moyens de ses missions !

Joelle Barat (08) est intervenue sur le tour d'horizon des action santé de la Région.


intervention de Joëlle Barat


 

Seul le prononcé fait foi :

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 

 

Permettez-moi de commencer mon propos en exprimant la profonde reconnaissance que nous avons envers les professionnels des secteurs sanitaire, médico-social et social pour l’engagement sans faille et l’abnégation dont ils ont fait preuve tout au long de ces derniers mois. Mais, je tiens à souligner que cet engagement et cette abnégation est ce qui porte au quotidien et depuis toujours leur travail. Dommage que certains, et surtout nos dirigeants nationaux semblent le découvrir !

 

Et nous craignons au regard du dernier remaniement ministériel que les actions issues du Ségur de la Santé ne soient pas à la hauteur des besoins de ces secteurs. Un premier ministre et une ministre qui ont été les chevilles ouvrières de la loi HPST qui a largement contribué à détruire notre service public de santé nous permettent d’en douter. 

 

Monsieur le président, vous nous présentez, au travers de ce rapport, le « tour d’horizon » des actions santé de la Région Grand Est et la méthodologie d’élaboration de la nouvelle politique santé pour les 5 prochaines années. Nous soulignons l’approche transverse essentielle de cette politique.

 

Notre groupe s’est souvent exprimé sur les politiques santé, et le 13 décembre dernier, ma collègue Brigitte Vaisse, lors de la présentation du Budget Primitif s’étonnait en notre nom, de la présentation tardive d’une feuille de route santé pour 3 ans. 

 

Aujourd’hui, vous parlez d’élaborer une stratégie pour 5 ans. Quid de la précédente feuille de route, il s’agit d’une nouvelle et non pas d’amender la précédente au regard de la crise sanitaire. Cela ne risque-t-il pas de casser des dynamiques, de retarder la mise en œuvre d’actions ?

 

D’autre part, la méthodologie d’élaboration repose sur des Conférences Territoriales de la Santé. N’arrivent-elles pas tardivement ? C’est vrai, la démocratie consultative est importante, mais bien des états des lieux ont été faits, les acteurs locaux consultés, entre autre pour l’élaboration des Contrats Locaux de Santé. Il nous semble que les besoins, les manques, les problématiques sont bien connues. 

 

Pourquoi ne pas avoir amendé, renforcé la précédente feuille de route au regard des événements ?

 

D’autre part, lors de cette précédente feuille de route vous aviez fait du travail en concertation avec l’ensemble des acteurs un point fort de vos actions. La crise a montré de manière encore plus forte qu’en période « ordinaire », si je puis me permettre, l’importance de la coordination entre toutes les institutions, entre l’état et les collectivités territoriales. Le rapport des Pompiers professionnels pointe s’il en était besoin qu’il y a encore du chemin à parcourir : là où la complémentarité devrait être le maître mot, dans un souci d’intérêt général, c’est une concurrence délétère qui s’installe, au détriment des personnes. 

 

Le Conseil Régional a toute sa place dans un rôle de liant, et c’est sans doute un levier fort à actionner, faire pression sur l’état, par ex, pour qu’il entende les soignants et faire que le Ségur n’accouche pas d’une souris. Certes, Monsieur Castex a injecté 1,5 Milliards supplémentaires, et mis sur la table 15 000 postes supplémentaires. 

 

Mais cependant, les économies budgétaires n’ont été annulées nulle part, les politiques d’austérité continuent, des lits continuent à être supprimés des maternités fermées. Alors oui, la question de la mobilité est majeure mais ne doit pas servir de pansement à des retraits massifs de l’état sur les territoires.

 

Vous évoquez dans ce rapport, la question des EHPAD, et de la prise en charge du vieillissement. Il nous semble que le Gérontopole Grand Est, serpent de mer depuis le début de cette mandature, devrait enfin aboutir, afin de faire progresser, dans une dimension globale la prise en charge du vieillissement. 

 

Un mot sur le développement de la télémédecine, qui ne doit pas être l’alpha et l’oméga de l’innovation en santé. Il s’agit d’un outil, certes très utile et aux multiples aspects positifs, mais cela doit rester un outil dont la pertinence et la plus-value sont intimement lié à son appropriation par les professionnels et les personnes soignées. Cela sous-entend un accompagnement, une formation importante.

 

D’autres innovations, d’autres formes d’exercice doivent être explorées, je pense en particulier aux cabinets médicaux, paramédicaux mobiles ….

 

Nous nous réjouissons de la part plus importante donnée dans ce rapport aux Centres de Santé et nous espérons que vous les soutiendrez enfin, au même titre que les MSP.

 

A ce sujet, des évaluations des projets de santé portés par les MSP sont-elles réalisées ?

 

Nous ne pouvons qu’être en accord avec l’importance et le renforcement de l’axe transfrontalier sur les questions de santé. 

 

Enfin, nous regrettons comme en décembre 2019, l’absence des volets santé au travail et santé mentale dans ce rapport.

 

Je vous remercie."

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0