Hélène Colin

Vosges

 

  • Conseillère régionale du Grand Est
  • Conseillère municipale à Châtenois

 

 

Mieux me connaître

Un baccalauréat série économique et sociale (spécialité science politique) en poche, j'ai débuté des études de droit en 2009 et, affectionnant plus particulièrement le droit privé (droit des contrats, droit de la famille, etc.), j'ai obtenu plus tard, en 2012, le Brevet de Technicien Supérieur en Droit notarial.

J'ai eu rapidement l'opportunité de mettre en application les enseignements reçus, en intégrant un Office notarial dans l'Ouest Vosgien. Passer de la théorie à la pratique, de cette façon, a permis de concrétiser une de mes ambitions : mettre mes connaissances au service des autres.

J'ai toujours eu la volonté d'acquérir mon indépendance et mon émancipation par le travail. Ainsi, comme bon nombre d'étudiants, j'ai eu plusieurs expériences professionnelles au cours de ma vie estudiantine. Dès mes 18 ans, j'ai travaillé chaque week-end et durant les vacances scolaires, comme hôte commerciale en restaurant d'autoroute, comme agent de saisie aux Finances publiques, comme agent technique aux services techniques de ma Commune, en intégrant les effectifs du fabricant local de cuisines et salles de bain « Manuest-Vogica » (devenu aujourd'hui WM88) ou encore en participant quasiment chaque année aux vendanges dans la belle Champagne-Ardenne.

Après la fin de mes études, j'ai été employée en 2012 comme attachée parlementaire de Christian FRANQUEVILLE, alors Député des Vosges, élu de terrain et de travail qui, par son écoute, sa disponibilité et son acharnement à servir notre territoire, constitue pour moi un modèle dans la mission que nous confient nos Concitoyens en nous élisant comme leurs représentants.

Mon parcours politique


Avec le désir de promouvoir nos idées et nos valeurs, et sous la douce influence d'un membre de ma famille disparu, je fais le choix de rejoindre le Parti socialiste tout juste après mes 17 ans. J'adhère, l'année suivante, à l'organe de jeunesse de notre formation politique et en prends la présidence départementale jusqu'en 2012.

Mon entrée concrète dans le militantisme se fait, en réalité, lors des élections régionales de 2010, qui me voient participer très directement à une campagne électorale pour la première fois.

L'année suivante, en mars 2011, j'accepte d'être la suppléante du candidat aux élections cantonales, dans ce qui était alors le « Canton de Châtenois ». Mon engagement est constant et régulier ; je m'investis pour les élections présidentielle et législative de 2012. Les deux candidats respectivement soutenus – François Hollande et Christian Franqueville – l'emportent.

En 2014, viennent les élections municipales qui me voient naturellement, dans la suite de mon engagement, me présenter comme tête d'une liste de 19 candidats, dans la Commune qui m'a vue grandir et où je vis – Châtenois. C'est la première fois depuis 1995 qu'une seconde liste parvient à se former de façon complète. Notre objectif – entrer au Conseil municipal – est tenu : nous obtenons deux sièges et passons à six voix du troisième… C'est la première fois depuis 1983 qu'une deuxième sensibilité est représentée au Conseil municipal de Châtenois.

En mars 2015, je suis candidate titulaire, aux côtés de Patrice Jamis, aux élections départementales, dans le Canton réformé de Mirecourt-Châtenois.

En parallèle de cet engagement citoyen et politique que j'ai eu très jeune, j'ai souhaité m'investir fortement dans le milieu associatif local sitôt mes études terminées. Je suis en effet convaincue que ce secteur, qui crée de l'emploi aussi, demeure l'un des ferments de la citoyenneté les plus importants, qu'il conserve une utilité directe incontestable auprès de ses publics. Il crée du lien social, il offre un accès à la pratique sportive, culturelle ... à tous. Bref, il apporte de la vie à tous ceux qui en ont besoin.


Je suis ainsi devenue secrétaire d'un chantier d'insertion à l'activité de jardin maraîcher bio, trésorière d'un club de football, responsable d'une association caritative locale, vice-présidente d'une association de préservation d'un élément du patrimoine local, et membre de plusieurs autres associations (pour le don bénévole du sang, pour l'aide à domicile en milieu rural, pour l'amitié entre les habitants de Châtenois d'origine portugaise et les castiniens, etc.).

 Mon investissement, qui s'est ainsi concrétisé dans différents domaines, m'a permis d'aider et de me rendre utile aux autres, de développer aussi des relations avec tous ces bénévoles qui donnent beaucoup de leur temps au service d'une cause.

Depuis mon entrée au Conseil régional du Grand Est, j'ai naturellement choisi de quitter certaines de mes responsabilités associatives, sachant que l'on ne peut pas être partout, au risque de mal assumer ses attributions. Je demeure néanmoins membre de plusieurs associations et suis présente et disponible chaque fois que cela est nécessaire.

Ces expériences associatives m'ont, en tout cas, appris beaucoup.

Mon engagement pour notre région


En décembre 2015, je figure en deuxième position sur la partie vosgienne de la liste que Jean-Pierre Masseret conduit, en Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne, pour les élections régionales.

J'ai abordé cette élection avec honneur et conviction. J'étais effectivement convaincue que les nouveaux élus de l'assemblée régionale auraient d'abord à fortifier, sinon créer, le sentiment d'appartenance à une même région, renforcer l'adhésion à cette idée que nos Concitoyens d'Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne seront plus forts, ensemble, demain, qu'ils ne l'ont jamais été, seuls, auparavant. Je savais que le défi qui se présentait à nous était celui de rassembler les énergies et les talents, dans nos territoires, pour répondre aux défis immenses de ce nouvel espace géographique : le développement économique, l'emploi, les liaisons et la mobilité des habitants de cet espace territorial, la desserte du monde rural, la formation professionnelle, l'enseignement secondaire et bien sûr le suivi des actions prévues au contrat de plan État-Région.

Issue du monde rural, je suis pour ma part certaine qu'il nous faut saisir l'opportunité de cette nouvelle organisation territoriale de la République pour insérer plus de proximité, plus de démocratie dans le fonctionnement de l'institution régionale, plus de pragmatisme dans la conduite des politiques régionales ; il revient ainsi – et c'est ce que je m'efforce de faire dans l'exercice de ma fonction – aux nouveaux élus régionaux d'intensifier encore leur présence sur le terrain pour répondre aux attentes de Concitoyens qui peuvent effectivement avoir peur de l'éloignement du siège de la nouvelle région.

Il nous faut donner le meilleur de nous-mêmes pour favoriser un développement équilibré des territoires car c'est de leur action quotidienne que peut venir le redressement de notre économie. C'est bien l'activité des entreprises de nos territoires qui permettra la reconquête de notre industrie.

Élue communautaire, je crois à la force de nos communes, à ce qu'elles sont capables de faire lorsqu'elles s'unissent pour joindre leurs atouts et mutualiser leurs contraintes, je crois à la nécessité d'une alliance forte entre une intercommunalité de proximité et une grande région qui a, désormais, la capacité de travailler à l'aménagement économique du territoire autour de pôles de compétitivité.

Tels sont les défis auxquels je suis prête à faire face, avec mes collègues Conseillers régionaux membres de notre Groupe politique, dans la limite de nos fonctions. Je m'en sens capable. Depuis mon engagement au Parti socialiste, à l'âge de 17 ans, j'ai toujours eu la volonté de faire vivre nos valeurs, de m'engager pour mon territoire, de me placer au service de mes Concitoyens.

A chaque fois que j'ai pu être amenée à m'investir dans une élection, destinée à déterminer le représentant de nos Concitoyens, qu'il s'agisse de celle de camarades ou de la mienne, j'y ai toujours mis toutes mes forces, toute ma motivation, toutes mes capacités. Cette élection au Conseil régional, même si j'aurais évidemment aimé l'issue différente, représente, à mes yeux, la continuité des efforts que j'ai pu fournir avec de plus en plus d'intensité et de conviction, ces dernières années, pour servir notre territoire et aider mes pairs.

Celles et ceux qui ont soutenu avec force ma candidature aux élections régionales de décembre 2015 ne doutaient pas un seul instant de ma capacité à travailler au rayonnement de notre nouvelle région.

Je réitère ma profonde satisfaction à pouvoir représenter mes Concitoyens à l'intérieur de l'assemblée régionale. Je réitère ma volonté de travailler intensément à promouvoir les valeurs de la République, dans une période où l'apaisement n'est pas toujours de mise. Je réitère mon ambition de contribuer au développement de l'Alsace, de la Lorraine et de la Champagne-Ardenne.

 


Mes fonctions au Conseil régional

  • Membre de la commission "Lycées et Apprentissage"
  • Membre de la commission "Formation Professionnelle"
  • Représentante régionale au sein de GIPEBLOR
  • Membre de la conférence du bassin laitier du Grand-Est

Me contacter par mail:

 

Vous pouvez m'écrire par courriel à l'adresse suivante :

helene.colin@grandest.fr

 

 


Restons connectés sur Facebook :

Fil d'infos Twitter




Mes dernières Interventions